Zones humides malgaches : 1,175 million d’hectares à intégrer dans le système des aires protégées

Publié le par Alain GYRE

Zones humides malgaches : 1,175 million d’hectares à intégrer dans le système des aires protégées
(06-02-2013) - Le Parc Tsarasaotra, à Alarobia, a cette année encore abrité la cérémonie de célébration de la journée mondiale des zones humides, hier, sous l’égide du ministère de l’Environnement et des Forêts et avec la participation active de Conservation International. Ce parc est le seul site privé au monde, classé site Ramsar.

1-parc.jpg


Le parc Tsarasaotra est très connu pour le birdwatching

L’inscription des lacs Kinkony et Mandrozo sur la liste des sites Ramsar le 5 juin 2012, porte à 9 le nombre des zones humides d’importance internationale, classées par la convention internationale sur les zones humides (convention de Ramsar). Pour tous les citer, il s’agit du lac Tsimanampetsotsa, dans le sud-ouest de Madagascar, le premier à être classé site Ramsar (en 1998), le lac Bedo à Toliara, le Parc Tsarasaotra au cœur d’Antananarivo, le lac Alaotra et bassins versants à Ambatondrazaka, le complexe des 4 lacs de Manambolomaty dans l’ex-province de Mahajanga, le marais Torotorofotsy dans la partie Est, la rivière Nosivolo et affluents, du côté de Marolambo, le lac Kinkony dans la région Boeny et le lac Mandrozo dans le Melaky.

Bientôt, toutes ces zones humides seront peut-être intégrées dans le système des aires protégées à Madagascar. En effet, les 1 175 011 ha de zones humides que compte le pays sont concernés par la question. Actuellement, Madagascar compte 6,9 millions d’aires protégées et s’y ajouteront ainsi bientôt, toutes les zones humides, hormis le lac Alaotra qui y figure déjà.

8e et 9e sites Ramsar
Les lacs Kinkony et Mandrozo sont ainsi les 8e et 9e sites Ramsar de Madagascar. Le lac Kinkony qui s’étend sur 13 800 ha, situé dans le bassin de la Mahavavy, est le deuxième plus grand lac de la Grande île, après le lac Alaotra. Cette zone humide abrite plusieurs espèces de la faune aquatique notamment 45 espèces d’oiseaux d’eau dont 9 endémiques et 4 menacées. L’endroit dont la gestion est assurée par une plate-forme incluant Asity, la ligue malgache pour la protection des oiseaux (en même temps promoteur du complexe Mahavavy Kinkony), a récemment fait l’objet d’une promotion de l’écotourisme et de plusieurs activités entrant dans le cadre de son plan de gestion et de l’organisation communautaire visant à réglementer les activités de pêche et d’agriculture. Le lac est, en effet, menacé, notamment par la surpêche et les techniques de pêche non réglementées ainsi que les activités agricoles qui consistent à transformer les marais en rizières. Le lac a ainsi fait l’objet d’une restauration aquatique.

Quant au lac Mandrozo, il s’étend sur 15 145 ha et est entourée de marais, de rizières et de savane ainsi qu’une partie de forêt sèche. L’endroit assure le développement de plusieurs espèces faunistiques, dont une espèce de tortue menacée ainsi que des reptiles, eux aussi, menacés d’extinction.

Certificats et label bleu
L’occasion de la journée mondiale des zones humides, hier, au Parc Tsarasaotra à Alarobia, a été saisie pour remettre les certificats officialisant le classement en site Ramsar de Kinkony et de Mandrozo. De même, la remise officielle du prix international « Blue Globe » attribué à la rivière Nosivolo, a également eu lieu à cette même occasion. Ce label bleu reconnaît les efforts déployés par la population riveraine de Nosivolo et les acteurs de la préservation de ce site pour les bonnes pratiques de gestion dont il fait l’objet. Rappelons que la rivière Nosivolo abrite 19 espèces de poissons dont une espèce propre à cette rivière et introuvable nulle part ailleurs à Madagascar et dans le monde. Les trois sites (Nosivolo, Kinkony et Mandrozo) sont soutenus par Conservation International.

La célébration de la journée mondiale des zones humides, hier, a manifestement obtenu l’adhésion de nombre d’organismes actifs dans la préservation de la biodiversité en général et des zones humides en particulier tels, outre, Conservation International, Durell, The Peregrine Fund, Ambatovy, Asity et bien d’autres, qui ont érigé sur place des stands d’information. Les élèves de plusieurs établissements scolaires d’Antananarivo n’étaient pas en reste car ils étaient nombreux à être venus sur place s’informer sur les zones humides. Un concours a été organisé à leur intention et les lauréats ont bien entendu, été primés.

Hanitra R.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article