Poème: DE DADAH POUR SES FANS - Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

 

DE DADAH POUR SES FANS

 

Mon corps las d’une fatigue où s’embrasent les feux

Des Dieux qui m’envoient leurs divines lumières

Qui éclairent les voies des chemins vers les cieux

Pour ceux qui ont fini leur périple sur terre.

 

Un dernier adieu à ces âmes torturées

Restées sur terre gémissant dans la douleur

Des cœurs ombragés où l’on puise les pleurs

Consœurs de l’effroi d’un départ inopiné.

 

Ma marche aérienne sur la pente des nuages

Qui dégage le bel aplomb d’un homme serein

Dépeint la fin de parcours de mon destin

Un matin d’hiver où je pars sans bagage.

 

Happé par la clarté d’un blanc univers

J’erre un instant sur les sommets éternels

J’interpelle les saints par ma voix irréelle

Tel le son d’une harpe vêtue d’une robe de verre.

 

Je suis enfin à l’Eden des libres penseurs

Auteurs de ces écrits dont les thèmes dérangent

Ces anges de l’enfer qui parsèment de malheurs

Les cœurs des pauvres hères par leurs idées étranges

 

Maintenant l’âme en paix où sied bonté

Et beauté envahissent mes pensées chargées

De versets habillés par des envolées

De Phrasés pleins de verves ensoleillées.

 

Max Randriantefy (Hommage à DADAH)

Publié dans Poèmes, Poèmes malgaches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article