Conte: Ipatsola sy ny Hafatseny - Ipatsola le malin

Publié le par Alain GYRE

 

 Ipatsola sy ny Hafatseny

Ipatsola le malin

 

Dans un royaume du Bara (tribu du sud de Madagascar), vivait un roi qui voulait trouver un mari à sa fille unique. Il invita les jeunes gens qui étaient intéressés à s’inscrire au palais. Ensuite, chaque concurrent devait affronter un énorme taureau sauvage et le dresser.

Le  jour de l’épreuve arriva. Quatre concurrents par jour devaient affronter le taureau. Mais tous furent blessés par cette bête féroce. Pendant dix jours, pas un candidat ne put faire tomber la bête.

A la périphérie de ce royaume vivait un jeune garçon maigre mais très futé nommé Ipatsola. Ce fut à la dernière minute qu’il décida de participer à l’épreuve.

Quand tous les candidats furent morts ou blessés, il se présenta et demanda au roi de lui laisser une journée pour se préparer à cette terrible épreuve. Il expliqua qu’il venait de loin et se sentait fatigué . le roi accepta mais pas plus d’une journée.

La nuit suivante, Ipatsola se rendit discrètement sur la place du dressage. Il commença à creuser un énorme trou et y planta des branches d’arbres pointues, puis étendit dessus des feuilles sèches comme couverture pour le dissimuler.

Le lendemain, le grand jour arriva. Ipatsola devait affronter le taureau, il l’excita en courant tout autour de la place, la foule commença à hurler et à crier qu’il allait se faire blesser aussi, comme mes autres.

Mais Ipatsola, en rusant entraîna la bête vers son piège. Le taureau fonça pour l’encorner, Ipatsola s’écarta vite et la bête tomba dans le trou où les pieux percèrent son corps. Il ne bougea plus.

Le roi donna alors sa fille à Ipatsola comme convenu, car s’il n’était pas fort, il était intelligent.

 

Meltine Rasoloarisoa

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

 

Publié dans Contes, Angano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article