Conte: Itrimobe et les deux jumeaux

Publié le par Alain GYRE

Photo:  https://www.curieuxvoyageurs.com/film/jumeaux-maudits/

Itrimobe et les deux jumeaux

 

Quelque part dans le sud de Madagascar, les jumeaux étaient signe de malheur. On les jetait dans la vallée ou dans la forêt pour que les animaux féroces les dévorent. Dans un petit village de cette région-là, un foyer venait d’avoir deux jumeaux. Ils attendirent la nuit pour les jeter dans la vallée.

La nuit venue, avant que leur père ne les emmène, leur maman les embrassa une dernière fois en pleurant, mais c’était la croyance, elle ne pouvait rien faire. Le père alla les abandonner au cœur de la forêt puis il rentra le cœur lourd.

Les bébés jumeaux pleuraient, et leurs pleurs atteignirent l’oreille d’Itrimobe, le géant qui mangeait les hommes et surtout les enfants. Il s’approcha du lieu où il avait entendu pleurer et il fut très content de trouver deux gamins en même temps. Il les ramena dans sa maison. Il réfléchit et se dit qu’il ne pourrait pas manger tout de suite ces deux bébés, car ils étaient trop petits et trop maigres. Il valait mieux les nourrir d’abord jusqu’à ce qu’ils deviennent grands.

Les années passèrent ainsi, leurs parents les avaient oubliés. Mais Itrimobe était plus surpris chaque jour de leur ressemblance : mêmes yeux, mêmes cheveux, même taille, mêmes manières. Il décida de les adopter, car il s’était attaché à eux. Plus tard, il vola deux filles dans un autre village et les emmena à ses deux fils pour qu’ils aient des femmes.

Quand Itrimobe mourut, les deux jumeaux et leurs enfants héritèrent, de sa richesse.

Un jour, il y eu une grande sécheresse dans la région du sud. Seuls les deux jumeaux et leurs enfants avaient des stocks de nourriture pour cinq ans. Alors, tous les gens du village voisin vinrent s’installer dans le village des jumeaux pour y travailler. Les deux frères les payaient en leur donnant du riz ou de la viande, au choix des travailleurs. Parmi eux, il y avait les parents des jumeaux. Ils n’osaient pas leur dire qu’ils les avaient abandonnéd autrefois, mais les jumeaux les engagèrent comme cuisiniers dans leur palais et ils vécurent heureux avec eux qu’ils avaient cru porte-malheur.

 

Meltine Rasoloarisoa

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

Publié dans Contes, Angano, Ogre, Itrimobe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article