L’économie, otage de la politique

Publié le par Alain GYRE

L’économie, otage de la politique

APOI  11 mars 2019  

Que signifie le titre de notre hors-série “Spécial Madagascar” qui, chaque année depuis plus de 10 ans, ambitionne de révéler “la photo”, la plus fiable possible, de l’économie malgache et de son environnement des affaires ? L’économie malgache fut effectivement, plus que jamais, otage de la politique au cours de l’année 2018. Décisions sans cesse reportées ou événements politiques et sociaux qui ont perturbé le bon déroulement des activités justifient, à eux seuls, ce titre.

 

Madagascar fut ainsi absent du Forum Économique Afrique-Turquie qui s’est déroulé en octobre à Istanbul. Incompréhensible alors que la Grande-île est reliée à l’ancien empire ottoman par une liaison aérienne assurée par Turkish Airlines. Les investisseurs turcs sont aux portes du pays mais les élections présidentielles furent jugées plus importantes que ces opportunités d’affaires. Autre exemple, la prise en otage des ressources halieutiques pour des motifs de divisions au sein… du gouvernement. Le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche s’est vu refuser l’information concernant un accord-cadre d’investissement de plusieurs milliards de dollars dans le secteur de la pêche dont il est, en principe, le principal garant… Pendant ce temps, des asiatiques pillent les crabes, les tortues de mer et, plus récemment, les dauphins pour en extraire de l’huile. Trafics avec l’absolution des autorités politiques locales et l’appui de milliers de petits pêcheurs traditionnels qu’il est si facile de corrompre.

 

https://www.agencepresse-oi.com/leconomie-otage-de-la-politique/

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article