Poème: LA BETSIBOKA - Arlette Maillot

Publié le par Alain GYRE

 

LA BETSIBOKA

 

Du haut de tes collines, cette étrange vision

De la source au delta, du rouge à profusion.

 

Ruban interminable, tu vas en bondissant

Inondant les rizières, fertilisant les champs.

 

La pluie toujours ravine les pentes et les vallons,

Quand la forêt décline, pour finir en charbon.

 

Tu rampes parmi les terres, j'entends ton grondement

Dévalant des montagnes, en chûtes et en torrents.

 

De ruisseaux en cascades, ton eau couleur de sang

Va transporter la terre au bord de l'océan.

 

Arlette Maillot

Publié dans Poèmes, Arlette Maillot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article