Conte:  La dame méchante et le caméléon

Publié le par Alain GYRE

 

 

La dame méchante et le caméléon

 

Il y a longtemps, dans un royaume du sud de Madagascar, vivait une femme très belle, dont le caractère ne correspondait malheureusement pas à la beauté.

Elle changeait de temps en temps de mari, et choisissait toujours des hommes riches, qu’ils soient jeunes ou vieux. Ainsi elle devint très riche. Elle pensait qu’elle poursuivrait cette vie jusqu’à la mort.

Quand elle eut l’âge de cinquante ans, elle eut un regret car elle n’avait pas d’enfant. A partir de ce moment, elle commença à sympathiser avec les enfants du royaume… Mais dès lors, il y eut beaucoup de disparition d’enfants, et cela de mal en pis.

Elle donnait des fruits et de l’argent aux enfants qu’elle croisait, et ensuite elle les amenait sur une grande falaise et leur mo trait  tout le royaume. Puis, elle les poussait dans le vide…

Elle faisait cela chaque jour, si bien que le roi commença à organiser des recherches, car les gens croyaient qu’un animal géant les avait tous mangés.

Malgré tout, cette méchante gemme continua ses rimes car elle était jalouse des enfants qu’elle n’avait pas, et elle voulait éliminer tous ceux du royaume.

Un jour, alors qu’elle est très heureuse d’avoir poussé deux enfants en même temps du haut de la falaise, elle vit soudain un caméléon qui s’approchait d’elle. Tout son corps se crispa car elle avait peur des animaux, surtout des caméléons, et elle recula car le caméléon continuait à s’approcher d’elle…

Elle ne s’aperçut pas qu’elle était déjà au bord de la falaise. A ce moment, le caméléon changea de couleur et elle eut si peur qu’elle recula et tomba dans le vide à son tour.

Ainsi finit la belle femme méchante qui était jalouse des enfants des autres. Il suffit d’un caméléon.

 

 

Raphaël Rakotomanana

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

 

 

Publié dans Contes, Angano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article