Conte: Le Monpère et l’Etre

Publié le par Alain GYRE

 

Le Monpère et l’Etre

Conte Betsileo

Recueilli à Behenjy (province de Tananarive).

(Légende de formation récente).

 

Dans le pays Betsileo, du côté de Fianarantsoa (|e ne me rappelle plus le nom du village) (i), il y a un territoire marécageux, où les zozoro poussent en abondance.

Au milieu des marais se dresse un îlot, très connu de tous les habitants de la région: c’est le séjour d’un Etre (2).

Personne n’ose y mettre le pied, car l’imprudent qui s’y aventurerait serait sûr d’être malade ou même de mourir.

Certains Malgaches, convertis au Christianisme, continuaient à adresser des prières à l’Etre et n’auraient voulu pour rien au monde fouler les herbes de son lit.

Or un jour un Monpère (3), pour prouver aux gens du pays que leur croyance était fausse, se rendit en pirogue dans la petite île.

Les habitants, rassemblés sur les digues des rizières voisines, se demandaient ce qui allait arriver à l’imprudent.

Le Monpère sauta dans l’ilot ; mais à peine eut-il touché la terre qu’il essaya vainement de faire quelques pas. Il ne put pas arracher ses pieds du lieu où il les avait posés ; il était comme cloué au sol; il implorait l’Andriamanitra par de ferventes prières, mais rien ne pouvait le détacher.

Le soleil monta sur l’horizon ; la cloche de l'église tinta pour appeler les Malgaches catholiques à leurs devoirs religieux ; et le Monpère faisait des signes de croix, toujours sans succès.

C’était pitié de le voir s’efforcer à gauche, se tordre à droite et lever les bras vers le ciel. Rien n’y faisait.

Enfin à 6 heures du soir, l’angélus sonna plus longtemps que de coutume, comme pour rappeler le prisonnier.

L’Etre alors consentit à le lâcher ; le Monpère, soudain, se détacha sans peine de l’endroit où il avait posé les pieds le matin et, remontant dans sa pirogue, revint au village.

 

(1) Raconté à Behenjy, non loin de Tananarive, par un Betsileo qui avait quitté son pays depuis de longues années.

(2) Zavatra, il est probable qu'il s'agit d'un Vazimba.

(3) Nom donné par rles Malgaches aux missionnaires catholiques.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article