Conte:  Le serpent sacré

Publié le par Alain GYRE

 

 Le serpent sacré

 

Dans l’ouest de Madagascar, existe une croyance. Les gens de ce pays pensent que leurs ancêtres se transforment en serpents après leur mort. Ainsi, personne ne tue un serpent dans cette région-là. Mais un jour, un groupe de sept jeunes gens arriva d’une autre contrée. Les vieux leur conseillèrent de ne pas toucher aux serpents et surtout de ne pas les tuer, car cela entraîne des malheurs.

Les jeunes gens se moquèrent de cette croyance. Le lendemain de leur arrivée, alors qu’ils se promenaient dans la forêt, ils croisèrent un serpent. Le plus jeune dit qu’il valait mieux changer de chemin, mais l’aîné du groupe frappa la tête du serpent avec une branche d’arbre. Tous tapèrent alors le serpent jusqu’à ce qu’il ne bouge plus.

Ils quittèrent la forêt en riant ; l’aîné du groupe dit :

- On verra si le serpent a le pouvoir de nous étrangler aussi…

Quelques jours plus tard, ils rentrèrent chez eux, satisfaits de leur voyage. Mais la nuit suivant leur retour, ils firent tous des cauchemars et crièrent. Ils avaient vu le serpent en train de dévorer leur corps.  Alors, nuit après nuit, ils délirèrent à propos du serpent et tombèrent tous de plus en plus malades. Ils ne mangeaient, ni ne buvaient plus et s’affaiblissaient à vue d’œil.

Au septième jour de leur retour, les sept membres de la troupe se levèrent de leurs lits et lisèrent comme des serpents, en sortant de leurs maisons sous les yeux de leurs parents effrayés. Ils rampèrent tous au milieu du village, leur peau se transformait en peau de serpent. Ils firent le même mouvement que le serpent avant de mourir dans la forêt. Ils moururent tous les sept au coucher du soleil ce jour-là.

Dès lors, plus personne n’osa tuer un serpent dans cette région-là.

 

 

Hélène d’Isotry

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

 

Publié dans Contes, Angano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article