Conte: Les deux voleurs de maïs

Publié le par Alain GYRE

 

Les deux voleurs de maïs

 

Dans un village, les épis de maïs sur pied disparaissaient régulièrement.  Au bout d’un certain temps, les villageois eurent une idée des voleurs. On les attrapa et on les amena sur la grande place du village.

            Les paysans les forcèrent de jurer au nom de Dieu pour prouver qu’ils n’avaient pas volé le maïs.

            L premier se leva et témoigna ainsi :

            - Je jure solennellement au nom de Dieu, que si jamais mes pieds ont foulé le terrain de maïs, il peut me les couper.

            Comme rien ne se produisit, il fut libéré par la foule.

            On appela le second voleur qui fut obligé de témoigner à son tour.

            Voici ce qu’il déclara :

            - Je jure devant Dieu, que si jamais mes mains ont cueilli les épis de maïs, il peut me les couper.

            Là encore il ne se passa rien et la foule dut le libérer.

            Pourtant, tout le monde se demandait pourquoi ils avaient osé jurer ainsi devant Dieu.

            Mais jamais personne ne devina que pendant les vols les deux complices s’arrangeaient comme ceci : celui qui cueillait les maïs était porté sur les épaules de l’autre.

Ainsi le premier a touché aux maïs sans fouler le terrain et le deuxième a foulé le terrain sans toucher aux maïs.

 

Myriam Rasolonirina

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article