Poème: ODE POUR UN CHAMPION - MAX RANDRIANTEFY

Publié le par Alain GYRE

Je dédie ce poème fait en 2001 á tous les retraités du sport de haut niveau malgache. Effectivement après leurs carrières, ils ont des choses à dire sur le mode de gestion de leurs sports, mais ils ont toujours été incompris par les tenants du pouvoir, sinon ils étaient carrément mis à l’index. A Madagascar le pouvoir sportif est aux mains d’amateurs nantis pour qui le sport est juste un hobby du dimanche et ce dernier leur sert pour faire violence aux athlètes. Heureusement dans la vie il y a une vérité éternelle : l’aura d’un champion. Je rends hommage à tous les champions de leur discipline par cette ODE.

 

 

ODE POUR UN CHAMPION

 

Ton sacre suprême la couronne d’un champion,

Est le fruit du sacrifice d’une vie d’homme.

Un beau souvenir quand s’éteignent les lampions,

Est la hauteur où tu trônes sur le podium.

 

Champion, tu n’es pas champion d’un soir,

Dans ton pays, tu seras toujours la gloire

D’une nation dont tu as défendu l’honneur

Quand ton courage a triomphé de tes peurs.

 

Synonyme de légende et de bravoure,

Star incontestée de gens acquis à ta cause,

Ton calvaire sera les quolibets en prose

De ces médias ingrats, charognards, vautours.

 

Ils ont peur de ton aura charismatique

Dénonçant le pouvoir ignorant des envieux,

En te mettant aux travers d’une politique

Se sucrant de la sueur des valeureux.

 

Par monts et vaux, vomissant dans les arènes

Tu es donc le seul á connaître la vérité.

Des souffrances, des larmes et aussi des peines

D’un monde d’effort où règne la volonté.

 

Une volonté de fer qui avait été tienne,

Dans laquelle se côtoyaient amour et haine

D’une conquête capricieuse qui s’est fait désirer,

Par la crème des sportifs s’entraînant des années.

 

Tu es encensé par nos graines de champions,

Tes exploits sont sources d’inspirations de leur sport.

Ils croient dur en toi, et ils n’ont pas tort

D’espérer un jour pouvoir vivre de leur passion.

 

MAX RANDRIANTEFY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article