Poème: PEUR ET ESPOIR POUR MON PAYS - Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

Ce poème écrit après les événements de 2002 est encore d’actualité aujourd’hui. La vie est un éternel recommencement (mythe de Sisyphe). Cet éternel espoir d’un lendemain meilleur prisonnier de la politique serait-il la malédiction des malgaches ? Mais quand donc saurons-nous tirer leçon des errements du passé ?

 

 

PEUR ET ESPOIR POUR MON PAYS

 

Oui je suis comme un animal apeuré

Inquiet des moindres bruissements de la nuit

Qui drape par son manteau de ténèbres épais

Les derniers soubresauts d’une âme qui survit.

 

Et je cherche en vain le radeau de l’espoir

Encensoir des jours meilleurs quand ma patrie

Embellie par la douce langueur de la nuit

Revit de ses décombres sources de désespoir.

 

Je revivrai les joies prochaines des heureux

Preux chevaliers défenseurs de nos droits

Proies latentes d’une horde insatiable de gueux

Désireux de toujours passer outre la loi.

 

Je verrai enfin la clarté dans l’attente

Imminente de mon fier pays qui mue

Survenu grâce à des âmes pleines de vertu

Assidues aux efforts pour remonter la pente.

 

Qu’enfin la nation désormais assagie

Servie par l’élan du cœur de l’homme honnête

Reflète la sagesse sur cette île qui nous lie

Au défi d’un pays sous le poids de sa dette.

 

Max Randriantefy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article