Poème: SEUL- Max Randriantefy

Publié le par Alain GYRE

Seul face à l’immensité de la mer, comme un tsunami resurgissaient toutes les étapes de sa vie. Les joies et les peines y cafouillaient, et des rires et des larmes les accompagnaient. Mais tout a une fin définie d’avance …

SEUL

 

La vue de l’éternel ressac de la mer

Enterre pour un temps cette angoisse qui le guette

Faites enfin qu’on écrive son ultime requête

Qui reflète le trajet de sa vie sur terre.

 

La vague qui clapote sur la pirogue qui passe

Trépasse dans sa tragique chute sur le rivage

L’image de sa lente agonie sur la plage

Dégage un ressenti de défaite sans classe.

 

Il s’était muni de ses écrits de guerre

L’air qu’il respirait était la fierté

D’aimer son pays ses villes et ses terres

Naguère un Eden mais qui fut saccagé.

 

Le refuge du guerrier n’est plus que paroles

Où s’envolent dans ses verves des phrasés sans effet

Jetés entassés dans un coin sur le sol

La folle chevauchée de sa plume son épée.

 

Le temps qui passait a érodé son courage

L’âge qui s’enfuit ne fut plus son compagnon

Le lion sans ses dents aujourd’hui enrage

D’une page tournée bien loin des lampions.

 

L’oubli dans la solitude de la vieillesse

Agresse sa souvenance d’une vie de combats

La joie de la victoire dans divers débats

Va bientôt lui manquer et bonjour tristesse !

 

Max Randriantefy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article