Festival Koezy: La culture Sakalava à l’honneur

Publié le par Alain GYRE

Festival Koezy: La culture Sakalava à l’honneur

Publié le samedi 1 août 2015

Festival Koezy: La culture Sakalava à l’honneur

Chaque année, la ville de Mahajanga devient le berceau d’un Festival qui met à l’honneur la culture Sakalava. Le Festival Koezy a levé le rideau pour l’édition 2015 ce 24 juillet dernier pour ne se terminer que le 08 août prochain.

« Une semaine culturelle en terre Sakalava » comme chaque année, ce Festival coïncide avec le bain de relique des Rois Sakalava et vise à mieux informer les touristes sur l’histoire réelle de la dynastie Sakalavan’ny Boeny.

Pour cette année, le Festival Koezy a pour thème « Tradition et Modernité ». La tradition et la modernité peuvent faire bon ménage. C’est dans cet esprit que les organisateurs de ce Festival ont concocté les évènements durant cette édition 2015. « Nous avons pris comme thème Tradition et modernité après avoir constaté que le Boeny d’avant n’a plus rien avoir avec le Boeny d’aujourd’hui. Et pourtant, nos ancêtres nous ont laissé des héritages qu’il nous faut préserver car ils marquent notre histoire» affirme Toky Armel Ranjatonantenaina, le Directeur de l’Office Régional du Tourisme de Mahajanga et organisateur du Festival Koezy.

Pour un pays riche en culture comme Madagascar, le défi c’est de garder la culture ancestrale tout en ayant une vie moderne. Toujours Toky Armel Ranjatonantenaina d’expliquer « à l’heure où l’on parle, il est impossible de vivre coupé de la modernité mais cela ne doit pas nous empêcher de faire honneur à notre culture. A travers l’organisation de ce Festival nous voulons instaurer une bonne base car on ne peut pas appréhender l’avenir sans maîtriser notre passé ».

En dix leçons

Lors de cette édition, les organisateurs ont mis un point d’honneur à faire connaître les valeurs culturelles liées à la dynastie Sakalavan’ny Boeny. « A l’ouverture du Festival, nous avons organisé une démonstration de danses dont le but est de montrer les anciennes danses de Boeny telles que le Bahosa, le Trotrobe…. Nous avons également montré les danses d’aujourd’hui, les gwetta et compagnie pour que chaque personne puisse en constater la différence » partage Toky Armel. Cette édition de Festival Koezy 2015 est une véritable leçon d’histoire.

Y. L.

http://www.lagazette-dgi.com/

Publié dans Culture

Commenter cet article