Autisme: à Madagascar, un handicap méconnu

Publié le par Alain GYRE

Autisme: à Madagascar, un handicap méconnu

Autisme: à Madagascar, un handicap méconnu

Pour Mbolatiana Raveloarimisa, présidente de l'association Autisme Madagascar, c'est la société entière qu'il faut sensibiliser.

© www.youtube.com/Mbolatiana Raveloarimisa/TEDx Antananarivo

Par RFI Publié le 03-04-2016

A Madagascar, une association de la capitale profite de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme qui se déroulait samedi 2 avril, pour accueillir les proches qui souhaitent se confier et souffler un peu.

Sur la Grande Île, on est encore nombreux à croire que l'enfant atteint de troubles autistiques, est « enfant du démon ». Des croyances dues à une ignorance totale de cette pathologie.

Miora Rakotomalala est maman d'une fillette autiste. Elle mène un combat qui s'illustre dans chaque acte du quotidien, à commencer dans les magasins. « Elle commence à crier, à pleurer sans que je sache pourquoi ni comment la faire taire, comment la calmer. Les gens commencent alors à regarder, à se demander si c’est ma fille ou pas, si je vais la frapper. Il n’y a pas plus dur que le regard des autres par rapport à cet état », raconte-t-elle.

Un « état » difficile à prendre en charge dans un pays où le corps médical ne semble pas encore bien informé sur ce trouble. Ainsi, au sein de l'association Autisme Madagascar, 40 % des enfants autistes ont été opérés des oreilles suite à un mauvais diagnostic, les médecins croyant déceler des problèmes de surdité.

Pour Mbolatiana Raveloarimisa, présidente de l'association, c'est la société entière qu'il faut sensibiliser. « Actuellement, une famille ayant un enfant autiste est vouée à elle-même, ne serait-ce que pour l’éducation, le volet santé, tous les droits basiques de l’enfant. C’est dans ce sens qu’Autisme Madagascar souhaite réellement faire passer un projet de loi concernant les droits fondamentaux des personnes autistes », souligne la présidente de l’association Autisme Madagascar.

En attendant la loi, la reconnaissance de l'Etat ou encore les structures d'accueil, l'association et ses bénévoles proposent ce dimanche 3 avril un moment de partage et de détente aux familles d'enfants autistes au Jardin d'Andohalo.

http://www.rfi.fr/

Publié dans Santé, Autisme

Commenter cet article