Fièvre aphteuse : Transmission du virus par le tourisme, selon les autorités mauriciennes

Publié le par Alain GYRE

Fièvre aphteuse : Transmission du virus par le tourisme, selon les autorités mauriciennes

Rédaction Midi Madagasikara 16 août 2016

Fièvre aphteuse : Transmission du virus par le tourisme, selon les autorités mauriciennes

L’économie de Maurice et de Rodrigues s’écroule à cause de la fièvre aphteuse.

Le secteur de l’élevage a subi un grand choc à Maurice et à Rodrigues, frappé par le virus de la fièvre aphteuse. Selon le ministre de l’Agro-industrie de Maurice, c’est un bateau de plaisance, ou un yacht qui aurait causé la transmission de cette maladie.

Suivant la dernière enquête, 31 fermes dont 75 bêtes montrant des signes de virus de la fièvre aphteuse ont été identifiées dans la Vallée des Prêtres à Maurice. Dans la Cité la Cure, 156 cas suspects ont été détectés et les autorités locales ont affirmé qu’il n’existe aucune autre alternative que d’exécuter les bêtes infectées. Par ailleurs, des échantillons ont été envoyés en Afrique du Sud et en France pour déterminer la souche du virus. D’après les résultats émanant du laboratoire d’Afrique du Sud, trois souches ont été identifiées, notamment le South African Type SAT1, SAT2 et SAT3. C’est à partir de ce résultat que le Ministère de l’Agro-industrie mauricienne a décidé d’importer 10.000 doses de vaccin pour Maurice pour combattre ces trois souches. Or, ce n’était qu’un résultat provisoire, car ceux du laboratoire ANSES, une référence à Paris, a permis de déterminer l’origine de la maladie. Samedi dernier, le Dr Deodass Meenowa a annoncé que pour les animaux qui ont été en contact avec ceux infectés, on choisira la vaccination selon le protocole établi, au lieu de l’abattage. « 435 animaux ont été identifiés sur 31 fermes dont 75 ont été abattus. Au total, 360 animaux seront vaccinés. Ce week-end, l’exercice de vaccination devra être achevé », a indiqué le ministre de l’Agro-industrie de Maurice

Erreur. Si trois souches de virus ont été évoquées par le laboratoire d’Afrique du Sud, il en existe sept, au total. Et le laboratoire ANSES de Paris a présenté des résultats plus pointus. D’après celui-ci, la fièvre aphteuse à Maurice et à Rodrigues est relative au virus de la souche O. En effet, les vaccins importés jusqu’ici ne pourront donc pas résoudre le problème actuel. A cause de ce phénomène, plusieurs interdictions ont frappé les deux îles. Pour Rodrigues, une interdiction d’exportation pendant une durée minimum de trois ans. Pour Maurice qui n’exporte pas de bétail, c’est le marché de chevaux qui est touché. Notons que des chevaux provenant de l’Afrique du Sud restent en quarantaine à Maurice, pendant un certain temps, avant d’être exportés vers l’Europe, puis vers Dubaï. Mais ce business est aussi suspendu pour une durée indéterminée, à cause de la fièvre aphteuse. Par ailleurs, d’après les informations fournies, il est probable que ce soit un bateau de plaisance ou un yacht, ayant mouillé à Rodrigues qui ait transmis la maladie à Maurice, à cause de denrées alimentaires à bord. Certes, si le commerce de marchandises a été le premier à être pointé du doigt comme étant la cause de la transmission de la maladie d’une île à une autre, les enquêtes ont aujourd’hui montré que même le tourisme présente des risques. Les autres îles de l’Océan Indien ont toutes pris des précautions pour une prévention contre la fièvre aphteuse, cette maladie irrémédiable pour les animaux d’élevage. Pour Madagascar, aucune réaction n’a encore été observée chez les autorités, malgré les impacts désastreux dans les îles voisines.

Antsa R.

http://www.midi-madagasikara.mg/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article