Girofle – Les 40% de la production mondiale viennent de Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Girofle – Les 40% de la production mondiale viennent de Madagascar

 

Située dans la province de Tamatave, dans le nord-est de Madagascar, l’Analanjirofo (« la région des clous de girofle » en malgache) porte bien son nom. C’est de ces collines verdoyantes que viennent la majorité des 1 300 tonnes de clous de girofle, soit 40 % de la production mondiale, qui sont exportées par la Grande Ile chaque année. Madagascar est le premier exportateur mondial, le deuxième producteur après l’Indonésie. Introduit au début du XIXe siècle, le giroflier, qui est originaire de l’archipel des Moluques, est aujourd’hui une source de revenus régulière pour les 31 000 producteurs et les ménages malgaches. Il est souvent utilisé en complément d’autres cultures (vanille, poivre, litchis…).

Une distillation très coûteuse

La région, située au nord de Tamatave, la grande ville de la côte orientale, compte une cinquantaine d’alambics de brousse. S’ils sont installés au cœur des collines, c’est d’abord pour des questions logistiques. « Il vaut mieux distiller au plus proche des girofliers afin de conserver la fraîcheur des feuilles et parce que transporter une telle quantité de biomasse à dos d’hommes serait trop contraignant, explique Renaud Favier, responsable du développement de la filière girofle à Madagascar au sein de la société Givaudan. Pour 35 kg de feuilles, on obtient un kilogramme d’huile essentielle. Ces quantités achetées auprès de centaines de producteurs en petits conditionnements, comme des bouteilles ou des jerrycans, sont plus faciles à transporter jusqu’au centre de collecte et de stockage. » Mais la distillation est très coûteuse et peu écologique, car elle nécessite une quantité non négligeable de bois de chauffe. En 2015, le groupe suisse a indiqué avoir planté 40 000 arbres afin de lutter contre la déforestation qui ravage Madagascar.

http://www.matin.mg/

Publié dans Economie, Girofle

Commenter cet article