Antananarivo : l’accouchement à domicile très prisé

Publié le par Alain GYRE

Antananarivo : l’accouchement à domicile très prisé

LINFO.RE – créé le 19.02.2017 – La rédaction

 

Près de 60% des femmes de la capitale malgache optent encore pour l’accouchement à domicile. Les structures de santé représentent un dernier recours en cas d’extrême nécessité.

 

Un chiffre inquiétant

Selon Institut national de la statistique (INSTAT) Madagascar, plus de 58,6% des femmes enceintes résidant à Antananarivo accouchent à domicile. Ce chiffre est alarmant étant donné que la capitale de la Grande Ile est l’agglomération la mieux dotée en infrastructures de santé comparée au reste du pays. L’INSTAT a obtenu ces chiffres auprès des mairies d’arrondissement ayant pour rôle de déclarer les naissances.

 

Toutes les charges payantes

Faute de moyens, les femmes qui accouchent à domicile préfèrent recourir à cette solution. Elles sont bien conscientes des risques encourus, mais les coûts relatifs à une naissance ne sont pas moindres. Comme rapporté par le quotidien Tribune de Madagascar citant les patientes, presque toutes les charges sont payantes à l’hôpital. Les futures mamans doivent prendre en charge tous les médicaments, en passant par le coton, les pansements jusqu’à l’ambulance.

 

Une vie sociale précaire

Beaucoup de femmes enceintes ne fréquentent les structures de santé qu’en cas de force majeure. Et pour cause, la précarité de la vie sociale les empêche d’accéder à des accouchements sécurisés. A Antananarivo, seuls 25% des femmes enceintes donnent naissance à leurs enfants dans des centres de formation sanitaire publique et moins de 15% dans les cliniques privées. Ces dernières bénéficient pour la plupart d’une assurance santé de la part de leurs employeurs ou de ceux de leurs conjoints. Ce comportement des femmes malgaches d’accoucher encore à domicile pourrait expliquer la hausse de la mortalité maternelle à Madagascar.

 

http://www.linfo.re

Publié dans Santé, Accouchement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article