Massif de l’Ankarana – Découverte d’une espèce de gecko

Publié le par Alain GYRE

Massif de l’Ankarana – Découverte d’une espèce de gecko

09.02.2017

Des zoologistes découvrent une nouvelle espèce de gecko endémique de Madagascar. Il est capable de se dénuder instantanément et de régénérer ses écailles.

Une découverte qui met Madagascar sous les feux de l’actualité. Selon la revue PeerJ, en open access, une nouvelle espèce de gecko, unique en son genre et endémique de Madagascar et des Comores, a été récemment découvert par des zoologistes allemands, américains et colombiens . Pour mieux glisser entre les griffes de ses prédateurs, ce lézard des montagnes a développé la faculté de perdre ses écailles,  presque instantanément pour ensuite s’échapper. Baptisé Geckolepis par les scientifiques, ce reptile nocturne, fort d’une acuité visuelle aiguisée dans la pénombre,  vit dans le Nord malgache, dans le massif de l’Ankarana, localisé à 30 kilomètres d’Ambilobe. Le corps du Geckolepis est couvert d’impressionnantes écailles  d’une dimension de 70 millimètres, contre 80 millimètres pour sa queue.

«Ce sont les plus grandes écailles connues chez les geckos» et celles-ci «peuvent s’en aller avec une exceptionnelle facilité», admirent les auteurs de l’article publié dans la revue PeerJ. Et encore, les écailles de ce gecko de l’Ankarana peuvent se régénérer au bout d’à peine trois semaines, ce qui est une période record pour renouveler sa garde-robe pour un lézard.

Mutation génétique

Le gecko de l’Ankarana est classé dans la famille des Geckolepis megalepis. Les zoologistes insistent en revanche sur une forte  différenciation génétique, avec environ 10% de divergence par rapport à ses cousins ayant la faculté de muer. Il est, de surcroît, beaucoup plus performant dans l’art de l’effeuillage.

Cette surprenante découverte a été effectuée dans  la réserve spéciale de l’Ankarana, qui s’étend sur 18220 ha sur un plateau calcaire de l’aire jurassique, culminant à 300 mètres  d’altitude et qui plonge  en pente douce vers l’Est. L’aire protégée se jette à l’Ouest dans un miroir de faille, constituant une falaise, connue sous l’appellation de « mur de l’Ankarana », qui déferle du Nord au Sud sur 25 kilomètres.

Andry Manase

http://www.lexpressmada.com

Publié dans Faune, Gecko

Commenter cet article