DESERT - J.J. RABEARIVELO

Publié le par Alain GYRE

Interlude rythmique

à André Fontainas.

 

2

DESERT

 

            Joie unie et chaude du désert !

            Nulle part, l’azur n’est aussi bleu

            que sur ces monts de sable et de feu

            sillonnés de vol puissant et clair.

 

             Rare en verdure comme mon cœur

             d’homme mûri par des temps mauvais

             leurrés par vous, ô bonheurs rêvés

             en l’abri de la seule langueur !

 

            Ici, devant ton aridité

            ton silence, et ta soif, et ta faim,

            paysage apparemment sans fin,

            comme l’effroi de l’éternité,

 

            tempérant ma joie et mon émoi,

je rêve d’un art dépouillé comme toi,

 

JEAN-JOSEPH RABEARIVELO

VOLUMES. – XLII

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article