Madagascar : après avoir ravagé l’Est, le cyclone Ava commence à s’affaiblir

Publié le par Alain GYRE

Madagascar : après avoir ravagé l’Est, le cyclone Ava commence à s’affaiblir

LINFO.RE – créé le 6.01.2018 -  La rédaction

Tempête Ava - Météo France

DR - Météo France

Le cyclone tropical Ava a dévasté plusieurs quartiers de la côte Est de l’île, vendredi. Il s’est graduellement affaiblie et redescendue au Stade de Tempête Tropicale Modérée.

Dégradation et difficulté des interventions

Comme le relaie L’Express de Madagascar, le cyclone tropical Ava a rasé la partie Est de l’île. Il est resté un bon bout de temps à Tamatave vendredi où le vent soufflait très fort. "Nous sommes dans une situation grave !", a indiqué une autorité de la région, joint au téléphone. Jusqu’à minuit, hier, Ava a été encore localisé à Brickaville.

Samuel Barthélemy Ramanana, directeur de l’Administration générale et territoriale de la Région Antsinanana a souligné la difficulté des interventions. "Il est impossible d’intervenir tant que le cyclone est là. Les gens ont du mal à nous contacter, en plus, plusieurs routes sont coupées par des poteaux électriques et des arbres", explique-t-il.

Alerte rouge

A 3 heures locales, le centre du cyclone Ava a été localisé dans le district de Vatomandry (Commune Ifasina). Les alertes sont modifiées comme suit : Alerte rouge (Danger Imminent) : Moramanga, Anosibe an’ala, Brickaville, Vatomandry, Antanambao Manampotsy, Marolambo, Mahanoro et Vatovavy Fitovinany.

La compagnie aérienne malgache a quant à elle annoncé la fermeture par NOTAM des aérodromes de Tamatave et de Sainte Marie jusqu’à nouvel ordre. Tous les vols de/vers des destinations sont momentanément suspendus.

Bilan des inondations à Antananarivo

Depuis le 5 janvier, 109 personnes du fokontany Tsaramasay à Antananarivo, ont été prises en charge par le ministere de la Population, suite à l’inondation de leurs habitations. Des tentes ont été mises a leur disposition par le BNGRC. Par ailleurs, Andranomahery, 240 personnes issues de 81 familles sont hébergées au bureau du fokontany. Les équipes du ministère sont déployées pour accompagner les sinistrés et répondre à leurs besoins, non seulement à Antananarivo mais également dans toutes les zones touchées par AVA.

 

http://www.linfo.re/ocean-indien/madagascar/734220-madagascar-apres-avoir-ravage-l-est-le-cyclone-ava-commence-a-s-affaiblir

Cyclone Ava à Madagascar : plus de 2 000 personnes évacuées préventivement

LINFO.RE – créé le 6.01.2018 -  La rédaction

Cyclone tropical Ava

DR - Météo France

Selon un premier bilan du Bureau National de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), 989 personnes ont été déplacées suite au cyclone Ava. A Tamatave, Les refuges comme le gymnase ainsi que les établissements publics accueillent des centaines de sinistrés.

Le site d’informations Orange.mg a relayé le premier bilan fournit par le BNGRC concernant le passage du cyclone Ava à Madagascar, particulièrement à Tamatave, région la plus touchée. Les refuges comme le gymnase ainsi que les établissements publics accueillent des centaines de sinistrés. Les villages environnants ont fait état de nombreux dégâts dès vendredi après-midi : routes coupées, montée des eaux, arbres cassés, toits emportés, maisons détruites...

Dans la capitale, Antananarivo, les fortes averses de ces derniers jours ont déjà causé une centaine de sinistrés. La mairie d’Antananarivo a dépêché des palettes afin que ces sinistrés puissent dormir dans les refuges de fortune.

Le BNGRC fait également état de 989 personnes déplacées dont 349 à Antananarivo, plus de 2 000 personnes évacuées préventivement et 5 infrastructures scolaires détruites.

Le cyclone continue sa course le long de la côte est, en direction du sud. Il doit quitter la Grande Ile en fin de journée d’après les prévisions de la direction générale de la météorologie de Madagascar.

http://www.linfo.re/ocean-indien/madagascar/734212-cyclone-ava-a-madagascar-plus-de-2-000-personnes-evacuees-preventivement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article