De la légitimité des rois et reines merina

Publié le par Alain GYRE

De la légitimité des rois et reines merina

24 mars 2018

De nombreux souverains en Imerina sont accusés d’avoir usurpés le trône, qu’ils soient aimés ou détestés par leurs sujets. C’est le cas notamment d’Andrianampoinimerina, c’est aussi le cas de Ranavalona 1re. La légitimité est u n problème en Imerina, écrit Simon Ayache, dans son étude intitulée «  Esquisse pour le portrait d’une reine : Ranavalona 1re » (Omaly sy Anio, N°1 et 2, 1975). D’après cet auteur, le droit successoral de la monarchie merina reste si flou à travers j’histoire, qu’on hésite « à trancher en faveur ou contre la légitimité de Ranavalona ».

Selon lui, y interfèrent sans cesse le choix du souverain régnant qui désigne généralement son fils préféré comme Andrianampoinimerina en choisissant Radama 1er, les droits du neveu utérin : c’est la grande innovation d’Andriamasinavalona, fondée sur la structure de la parenté merina ; la nécessité de l’adhésion populaire qui autorise finalement le peuple, mais surtout ses chefs, à choisir « le meilleur prince » et justifient toutes sortes de « révolution de Palais » : Andrianjaka est préféré à son aîné Andriantompokoindrindra, Andriamasinavalona supplante Andriantsitakatrandriana…

« Il n’est pas un prince merina dont on ne puisse mettre en cause la légitimité. »  Et, précise Simon Ayache, ce problème se pose justement pour les grands/ Andriamasinavalona est imposé par la « révolution hova » d’Andriamampandry ; Andrianampoinimerina chasse lui-même par la ruse, mais avec l’appui populaire, son oncle Andrianjafy,  «  prince exécrable »…

En outre, les révolutions dynastiques, voire les successions attendues et considérées comme légitimes, « s’accompagnent de crimes sanglants. » Ainsi, le meurtre des rivaux devient très vite rituel et attendu de tous. D’où l’étonnement de l’opinion en voyant l’attitude de Radama II qui refuse « d’inaugurer son règne par l’assassinat de son rival Ramboasalama, son cousin ».

Ainsi, souligne l’auteur de l’étude, le cas de Ranavalona 1re, n’est pas extraordinaire et elle ne fait pas exception à une règle commune.

 « Elle n’avait même pas à ordonner l’exécution de Rakotobe, neveu de Radama, ses partisans y procédèrent d’eux-mêmes. » Pourtant ce meurtre lui est toujours reproché.

On oublie souvent que que le grand Nampoina, « si haut placé dans la légende et dans l’estime de tous les historiens (sauf Raombana) fit assassiner, s’il ne l’exécuta pas lui-même au profit de Radama, prince non moins couvert d’éloges, son propre fils ainé, Ramavolahy, guerrier valeureux ». Mais à la différence de Rakotobe, l’un des premiers élèves des missionnaires européens, Ramavolahy reste un « personnage anonyme ».

Dans tous les cas, quelles que soient les circonstances de son accession au trône,  « pas plus trouble que dans le cas des autres grands souverains dImerine, Rabodonandrianampoinimerina est très vite

« reconnu », « consacré » et finalement « légitimée » par l’adhésion populaire et l’actif soutien des maîtres de la nation. En 1831, Raombana l’admet lui-même dans une lettre adressée à ses amis d’Angleterre : « La reine est aussi solidement installée sur le trône que le fût Radama. »

En effet, pendant tout son règne , le Fandroana, Fête du Bain, continue de lui attirer la dévotion populaire. Elle reçoit du peuple et des Grands l’offrande du « hasina » qui reconnaît le caractère sacré de son pouvoir, car elle symbolise le peuple, la nation merina, l’Etat. La fidélité de Raombana au service d’une reine détestée, « dans ses options de souveraine, mais pas toujours dans les contacts quotidiens », ne s’explique pas autrement.

 

Texte : Petra Ravalitera – Photo : Archives personnelle

 

 

 

 

Publié dans Histoire, Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article