2012-12-07 Une rencontre mémorable à Mananierana

Publié le par Alain GYRE

Une rencontre mémorable à Mananierana

Les relations entre les royaumes de l’Imerina et du Boina (Boeny) demeurent amicales sous les règnes d’Andrianam­poinimerina et de la reine Ravahiny.
Ces relations d’amitié se concrétisent par l’invitation lancée par le roi de l’Imerina à la souveraine du Boina et aux représentants claniques des Sakalava du Nord de venir lui rendre visite.
Cette invitation fait suite à une pérégrination du prince héritier Laidama au bord du Kamory. Sur la suggestion de son père, il lance un appel à la population de la région dirigée par Ramasoandro, seigneur connu pour son caractère belliqueux et sa force guerrière, pour tisser des liens fraternels.
Ce qui est fait à la stupeur de tous. Mais les mauvaises langues de l’époque affirment qu’ils sont réunis par leur goût commun pour l’alcool.
C’est quand il apprend cette bonne nouvelle qu’Andrianampoinimerina fait porter son invitation à Ravahiny.
Certains historiens affirment que derrière cette invitation, il croit pouvoir imposer à la souveraine une soumission déguisée. Il dépêche à cette occasion une forte délégation pour lui donner plus de poids.
Elle a d’ailleurs pour objectif de convaincre Ravahiny, assez méfiante, de l’honorabilité et de la sincérité de son geste. Il lui fait apporter toutes sortes de tissus et de vêtements dignes d’une souveraine. Celle-ci, accompagnée d’une suite nombreuse, se rend ainsi dans la capitale de son rival qu’elle rencontre à Mananierana.
Selon la tradition orale, elle présente le « hasina », l’offrande habituelle de l’hommage lige. « Hasina » composé de trois canons appelés « Miandrefanjaka », « Befafana » et « Vintsy ». Andrianampoinimerina les placera le premier à Andohamandry, le second au portail occidental du Rova d’Ambohimanga, et le troisième au portail nord.
Il y a aussi 230 fusils et 7 barils de poudre. Pour la reine du Boina, l’offrande est une simple marque de politesse qui n’atteint pas l’importance attribuée par les Merina.
À l’occasion de cette rencontre, toujours d’après la tradition orale, Ravahiny tient à préciser certaines choses. « Puisque dans votre invitation vous avez promis de ne pas trahir une vieille femme et si vous respectez votre parole, à vous mon royaume et mes descendants devront s’y plier ».
Selon des historiens, ce ne sont pas des paroles d’allégeance mais d’une marque de respect et d’amitié entre les deux peuples qui, pour elle, devront vivre en bons termes.
Mais Andrianampoinimerina prend ces paroles au pied de la lettre et s’en réjouit tant et si bien qu’il fait tonner trois fois le canon. Devant cette attitude, Ravahiny déclare avec dignité : « Trop de gens sont insensés, aussi laissez-moi m’en retourner chez moi car votre peuple est insensé ».
Quelque peu dépité, le souverain merina lui offre 30 bœufs, 30 moutons, 70 oies et 300 dindes et poules, non pour servir de provisions de voyage à la reine et sa suite, mais de nourriture pendant leur séjour en territoire merina. Andrianampoinimerina les installe à Amboatany.
Au bout d’un mois, Ravahiny demande à son hôte de rentrer chez elle, car « mon peuple doit souffrir de mon absence ». Avant son départ, Andrianampoinimerina la rencontre à Mananierana et lui promet que la paix règnera entre les deux peuples.
Il lui rend l’offrande qu’elle lui a donnée à son arrivée, en lui offrant 400 bœufs, 500 hectolitres de riz, 1 500 piastres et de nombreux tissus, cadeau royal destiné à impressionner la délégation sakalava.
La reine du Boina décède sous le règne de Radama 1er. Tant qu’elle vit, même si Merina et Sakalava s’affrontent dans d’autres contrées, aucun canon hova ne doit « se tourner vers » Mahajanga.
Une expression est née de cette époque et surtout de cette rencontre, dont l’origine serait la sagesse de Ravahiny qui rend son royaume très prospère et dont le règne, selon les historiens, marque l’apogée du royaume sakalava.
Cette expression répétée à Andrianam­poinimerina, renforce sa détermination d’unifier l’île. « Même une femme comme Ravahiny sait diriger son peuple et son royaume, de surcroît un homme comme vous, Andrianampoinimerina : vous étendrez votre royaume sur toute l’île ».

Pela Ravalitera

Vendredi 07 decembre 2012

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article