2012-12-19 La grande vadrouille d'Andrianonifomanjakatany

Publié le par Alain GYRE

La grande vadrouille d’Andrianonifomanjakatany

Au milieu du XVIIe siècle et jusqu'au début du XVIIIe siècle, la situation évolue peu en Imerina.
« Il y avait alors une multitude de rois, chaque chef de clan s'érigeait en seigneur à son gré, chacun cherchait à régner dans son village»
(« Histoire du Royaume Hova », Victorien Malzac).
Cette situation à l'intérieur des terres provoque des départs car, au cours de ces guerres intestines, les chefs vaincus qui refusent d’accepter la domination du vainqueur, ne trouvent de solution à leur infortune que dans la fuite. Certains s'aventurent loin, dans les « terres de légendes » encore occupées par les Vazimba.
C'est le cas d'Andrianonifomanjakatany, ou tout simplement Andrianony, qui est vaincu à Andrakasina, sa terre d'origine selon
C. Savaron, à Mantasoa ou Alasora d'après d'autres auteurs. Emmanuel Fauroux va dans ce sens et écrit qu'il appartient à la famille royale d'Alasora. Il serait écarté du trône dans des circonstances fort imprécises. D'après Jacques Dez, cela se serait produit « au cours des luttes qui marquent la deuxième partie du règne d'Andriamasi­navalona, fin XVIIe-début XVIIIe siècle ».
Effectivement, la migration d'Andrianony correspond en Imerina au règne du roi Andriamasinavalona (1675-1710) dont, par une des épouses de ce dernier, il est apparenté.
Andrianony est accompagné d'un nombre impressionnant de personnes, trois milliers au total, dit-on. Ils sont constitués de ses proches parents, de chefs Andriana (nobles) qui lui sont alliés ou apparentés et d'une foule de dépendants (gardiens de bœufs, soldats, serviteurs).
Parmi les Andriana qui le suivent, trois chefs sont avec lui depuis Alasora, deux autres le rejoignent en cours de route. Avec Andria­nony, ils vont fonder le Royaume de l'Andran­tsay, le Vakinankaratra actuel.
Andrianony et sa suite voyagent de longs mois voire des années. Déplacement marqué par plusieurs étapes qui les conduisent successivement à Soavinandriana (Itasy) dans le Moyen-Ouest, à Antamponankaratra (dans l'Ankaratra) plus au Sud, dans les villages de Rangaina et de Ramboniazy (Ilempona-Antani­fotsy), à Fandriana dans la région nord du Betsileo. Là Andriamanalina dit Betsileo- alors qu'il est lui aussi originaire de l'Imerina- se joint à eux. Par la suite, certains rebroussent chemin.
Ceux qui poursuivent leur route à la recherche d'une terre fertile, sillonnent en long et en large tout le Vakinankaratra actuel. À cette époque, il n'y a que quelques îlots de peuplement Vazimba dans ces contrées, qu'ils ont tôt fait de repousser ou d'assimiler.
Andrianony, deux de ses sœurs et Andriamanalina-Betsileo se dirigent finalement vers l'Ouest, en direction de Betafo où ils jeteront les bases du royaume d'Andrantsay. Andrianjafimasoandro, les Mpanjakarivo, Andriankazomanga et les Zafindravola se tournent vers l'Est.
Andriamanalinarivo finit par s'installer à proximité du confluent de la Manandona et de la Sahatsio où il fonde le village d'Ambohi­manga proche de Vinaninkarena-Antsirabe, dont le nom évoque le village royal d'où il est parti. À cette époque, il n'y a que quelques îlots de peuplement Vazimba dans ces contrées, qu'ils ont tôt fait de repousser ou d'assimiler.
Les Andriamasoandro et les Mpanjakarivo colonisent, d’abord, au nord de la rivière Manandona où ils construisent plusieurs petits villages, avant de se déplacer plus à l'Est. Leur implantation définitive dans la contrée d'Ambohidranandriana-Soanirariny s'effectue en trois époques distinctes. En tout cas, en 1777, le voyageur Mayeur qui y passe, parle d'Ambohidranandriana où résident les Andriamasoandro, comme d'un village bien établi. Les Mpanjakarivo, eux, s'installent à Tongarivo.
Enfin, les Andriankazomanga et les Zafindravola arrivent plus tard, après la fondation d'Ambohidranandriana et de Tongarivo.

Pela Ravalitera

Mercredi 19 decembre 2012

L’Express

Publié dans Notes du passé

Commenter cet article