2013-08-08 L’EPHEMERE LIBERTALIA

Publié le par Alain GYRE

L’EPHEMERE LIBERTALIA

 

08/08/2013

 

Mission et Caraccioli étaient à la fois pirates et… philosophes !  Pétris d’idéal, rapporte Philippe Oberlé, ils libèrent même les esclaves des bateaux capturés. En tout bien tout honneur, ils choisirent comme devise « A Deo A Liberte » (par Dieu et  la Liberté). Philippe Oberlé ajoute que Mission, au cours d’un séjour à Anjouan aux Comores, épouse la sœur de la  reine  et défend son royaume contre une attaque venue de la petite  île voisine de Mohéli. Revenus sur la Grande Ile, ils prirent leur quartier dans la baie de Diégo, devenue par la suite « Baie des Français ». Le  pirate et l’ancien moine fondèrent la République de Libertalia, pays de la Liberté, avec leurs hommes de toutes nationalités, recueillis au gré des aventures, poursuit Philippe Oberlé. Mais il fallait au moins une ville pour offrir à cette république son siège. Ainsi fut bâtie une cité tout en bois avec l’aide de 300 hommes prêtés par la reine d’Anjouan. Les Malgaches, pour leur part, fournissaient des bœufs et assuraient le ravitaillement. Pour défendre cette cité de la liberté, Mission  fortifia l’entrée de la baie avec deux batteries de 40 canons provenant d’un navire portugais qui a eu la mauvaise idée de se trouver dans les parages !

 

+S.J

Midi Madagasikara

Publié dans Les sillons du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article