2013-11-06 Notes du passé: Un Centre pour rassembler tous les Malgaches

Publié le par Alain GYRE

Un Centre pour rassembler tous les Malgaches

 

Le président Philibert Tsiranana et son épouse inaugurent, le 23 février 1962, le Centre culturel et éducatif de Mantasoa sous tutelle de la Ligue malgache de l’enseignement. C’est devant une foule évaluée à plus de 3 000 personnes que se sont déroutées les différentes cérémonies.

D’après le journaliste du Bulletin de Madagascar qui a couvert l’évènement, le Centre comprend différents bâtiments dont le plus grand, flambant neuf, comporte un rez-de-chaussée qui sert de salle à manger et de cuisine, et un étage en guise de dortoir. À travers le site, on trouve aussi des ateliers de travaux manuels. Au moment de l’inauguration, des stagiaires suivent une formation de maîtres ruraux. Outre ces bâtiments, le site a également un lieu de campement et un théâtre de verdure.

D’après le président de la Ligue malgache de l’éducation, la confédération des œuvres laïques de Madagascar compte 150 000 membres issus de différents mouvements de jeunes- scouts, natifs de régions…-. « La ligue s’efforce, en son sein, de faire comprendre l’idéal de fraternité, de compréhension et de respect mutuel qu’est l’idéal laïc », explique-t-il.

Puis de souligner : « En dehors de l’école publique, il faut créer un terrain favorable où se rassembleront tous les Malgaches, au-delà de leurs divisions, au-delà de leurs particularismes. Nous voulons nous enrichir de nos mutuelles différences et mettre en commun notre volonté de vivre ensemble. »

Les activités de la Ligue sont très nombreuses. Dans chacune des six provinces une Fédération des œuvres laïques crée et anime des œuvres, des institutions de jeunesse et de l’éducation populaire. « Chaque année, nous organisons la Semaine de l’école publique, des dizaines de colonies de vacances… Mais dans ce vaste programme, nous avons voulu mettre l’accent sur la formation des cadres. »

Insistant sur ce point, le président de la Ligue malgache des œuvres laïques soutient la nécessité de former des cadres conscients de leur tâche dans tous les domaines. Pour lui, le Centre de Mantasoa est une école de civisme où les différentes formations sont dispensées sous forme de stages, de camps-écoles, de sessions, de cercles d’études orientées vers « cet esprit d’unité nationale ».

De même, le délégué de la Ligue internationale de l’enseignement, Lucien Jacquart abonde dans ce sens en précisant que le centre ne se résume pas à des bâtiments et des équipements. « C’est une maison, un foyer de culture et de fraternité. »

Le président Philibert Tsiranana développe lui aussi ce thème. « À une époque où, dans la plus petite cellule sociale comme dans les plus grands ensembles humains, les facteurs de division sont trop souvent plus fréquents et plus forts que les éléments d’union, une action comme celle de la Ligue de l’enseignement est digne de considération.»

Il évoque un autre point, l’idéal de base de la Confédération laïque. « Vous êtes des rassembleurs parce que vous vous interdisez d’aliéner les consciences et parce que vous ne combattez pas les convictions religieuses de vos adhérents. Vous êtes des rassembleurs puisque vous acceptez tout le monde et gardez tous ceux qui ne déshonorent pas votre mouvement et ne ternissent pas, par leur comportement individuel, l’idéal que vous vous êtes donné. Par l’étendue et l’uniformité de votre action présente et projetée, vous contribuez à l’implantation de cette unité nationale, de cette harmonie nationale que tout patriote malgache appelle de tous ses vœux. »

Le chef de l’État conclut son discours en indiquant que comme ses activités visent à former des cadres pour l’action culturelle et civique à Madagascar, le Centre de Mantasoa répond à l’une des préoccupations du gouvernement. Celui-ci désire « une jeunesse saine, au physique comme au moral, et intellectuellement avertie des devoirs qui lui incombent ».

 

Pela Ravalitera

 

Mercredi 06 novembre 2013

L’Express

Publié dans Notes du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article