Académie Malgache: Les contes et les Handicapés

Publié le par Alain GYRE

Académie Malgache : Les contes et les handicapés

« Le rôle des handicapés dans le conte malgache », c'est, en quelque sorte, sur ce thème que Olga Razaiarisoa a communiqué à l'Académie Malgache à Tsimbazaza, hier après-midi. Pour la conférencière, dans les contes malgaches les personnes en déficience physique était sujet de honte pour la société malgache. Pour ne citer que Faramalemy et Kotobekibo qui ont été rejetés par leurs parents, ou encore Mbaitrila, Silakolona qui signifie littéralement : demie personne.
« Dans les temps reculés, les familles cachaient chez eux leurs enfants handicapés. Ces derniers ne pouvaient jamais sortir, sinon ce serait l'opprobre », explique Olga Razaiarisoa. Les choses changent de nos jours, ce sont ces personnes en difficulté que certains exhibent pour leurs propres intérêts, parfois pécuniaires, une situation qui nécessite un changement profond dans notre comportement selon Olga Razaia­risoa. Mais au fond, les anciens ont toujours donné leur chance à ces handicapés qu'ils mettaient en histoire dans les contes.
À l'exemple de Farama­lemy qui a pu venir à bout de Trimobe, le correspondant malgache du grand méchant loup dans le Petit chaperon rouge. Pour ainsi dire, les Ntaolo ont toujours démontré que c'était l'esprit qui comptait mais non pas la force.

Maminirina Rado

Vendredi 06 juillet 2012

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article