Acte de naissances: 20% des enfants malgaches exclus

Publié le par Alain GYRE

Acte de naissances: 20% des enfants malgaches exclus 

Jeudi, 12 Décembre 2013

Un enfant de moins de cinq ans sur trois n’existe pas officiellement, fait valoir l’UNICEF selon le nouveau rapport sur l’enregistrement des naissances, soit près de 230 millions d’enfants de moins de cinq ans n’ont jamais été enregistrés.

 

Le rapport montre qu’environ 60% seulement de tous les bébés nés en 2012 dans le monde ont été enregistrés à la naissance. Le taux varie fortement entre les régions, les niveaux les plus bas d’enregistrement des naissances se trouvant en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

 

La Grande Ile a un taux élevé d’enregistrement de naissances: 80%. Le focus de l’UNICEF et des autorités a été mis sur l’analyse des 20% d’enfants exclus de l’enregistrement des naissances et une base de données de ces poches d’exclusion est aujourd’hui disponible.

 

Dans tous les pays, même lorsque les enfants sont enregistrés, nombreux sont ceux qui n’en ont pas la preuve. En Afrique de l’Est et australe, par exemple, seulement la moitié environ des enfants enregistrés a un certificat de naissance. Dans le monde, un enfant enregistré sur sept ne possède pas de certificat de naissance. Dans certains pays, cela est dû à des frais prohibitifs. Dans d’autres, les certificats de naissance ne sont pas délivrés et aucune preuve d’enregistrement n’existe pour les familles.

 

Les enfants non enregistrés à la naissance ou sans documents d’identité sont souvent exclus de l’accès à l’éducation, aux soins de santé et à la sécurité sociale. Si les enfants sont séparés de leur famille à cause d’une catastrophe naturelle, d’un conflit ou du fait de l’exploitation, il est plus difficile de les réunir à cause de l’absence de documents officiels.

 

Notons que l’enregistrement des naissances, en tant que composante essentielle de l’état civil d’un pays, renforce également la qualité des statistiques essentielles et améliore l’efficacité de la planification et des gouvernements. D’après l’UNICEF, les naissances non enregistrées sont un symptôme d’inégalités et de disparités dans une société. Les plus affectés par ces inégalités sont notamment les enfants issus de certains groupes ethniques ou religieux, les enfants vivant dans des régions rurales ou isolées, les enfants issus de foyers pauvres ou les enfants de mères non instruites.

 

Des programmes doivent lutter contre les raisons pour lesquelles les familles ne font pas enregistrer les enfants, notamment les frais prohibitifs, l’ignorance des lois et processus applicables, les barrières culturelles, et la crainte d’une discrimination ou marginalisation encore plus marquées.

 

R.V.

La Gazette

 

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article