Art contemporain – Dernier coup de chapeau à Is’art Galerie Tahina Rakotoarivony avec son chapeau « L’acrobatie », une de ses créations

Publié le par Alain GYRE

Art contemporain – Dernier coup de chapeau à Is’art Galerie

Tahina Rakotoarivony avec son chapeau « L’acrobatie », une de ses créations

 

05.09.2014

 

Une exposition de chapeaux se tient à l’Is’art Galerie du 4 au 25 septembre. Plusieurs artistes y participent dans le but de collecter des fonds. Chapeau!

 revue-de-presse-1-7751.jpg

L’Is’art Galerie organise une exposition, « Un coup de chapeau », à son espace à Analakely, du 4 au 25 septembre. Le but est de collecter des fonds pour la rénovation du nouveau lieu qui accueillera la galerie à partir de ce mois d’octobre, La Teinturerie. En effet, l’Is’art Galerie déménage pour un nouveau lieu plus ambitieux à Antsahavola, « une œuvre de mécénat », affirme Tahina Rakotoarivony, fondateur de l’Is’art Galerie, lors du vernissage de cette exposition, hier à Analakely.

Cet évènement sera donc le dernier organisé sur ces lieux.

« Chaque chapeau vendu contribuera à la rénovation des nouveaux locaux de cette galerie », précise ce dernier. « La Teinturerie sera un endroit consacré à l’art visuel. Son inauguration se tiendra  le 4 ou le 5 octobre prochain  », informe-t-il encore.

Quelque quinze artistes de l’art visuel, dont quatre étrangers, sont mobilisés pour customiser ces chapeaux, vendus au prix de 100 000 ariary la pièce.

« Nous essayons de faire de notre mieux pour rendre la pareille à cette galerie qui a beaucoup fait pour notre art », déclare Andrianintsoa Njaka Ny Aina Ratefinanahary, un des artistes ayant participé à cette exposition.

Une diversité apparente

Pour sa part, Yasmine Fidimalala, artiste plasticienne ayant décoré sept chapeaux pour l’expo-vente, confie : « Tahina Rakotoarivony et moi sommes des amis de longue date. Il est donc naturel pour moi de prendre part à cette action qui est d’ailleurs très intéressante pour moi ».

Les chapeaux sont customisés pour tous les goûts, des plus excentriques aux plus discrets. Le prix et la matière première, des « satroka penjy », sont leurs seuls points communs. Les artistes expriment leur reconnaissance et leur soutien envers l’Is’art Galerie à travers leurs créations: chaque chapeau est unique, à la fois dans son genre et dans son originalité.

« Je me suis inspiré des animaux pour cette fois », explique un artiste de l’association Tantsary ayant peint des animaux tels que le lémurien et l’aigle sur ses chapeaux. Un dernier coup de maître !

 

Eliah Ranaivoson

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article