Autorité retrouvée à Toamasina avec Jean René

Publié le par Alain GYRE

Autorité retrouvée à Toamasina avec Jean René

Soumis par admin le sam, 09/03/2013

Petit-fils de Ramaromanompo, le souverain belliqueux lavy mourut en 1791, au plus grand soulagement de son peuple et surtout des tribus voisines qu’il harcelait sans cesse, pour approvisionner les marchands d’esclaves français, installés sur la côte Est. Un témoignage de l’époque donne de lui un portrait guère flatteur. Son fils Zakavola lui succéda. Encore plus cruel que son père, il mourut sagayé par ses sujets en 1803. Ses deux fils et deux de ses oncles se disputèrent le royaume qui sombra dans une anarchie indescriptible. Profitant de la faiblesse des descendants de Zakavola, le métis Jean René se fit facilement reconnaître chef de Toamasina. Né d’un père français et d’une mère malgache, Jean René se révéla un meneur d’hommes plein de sagesse et sut rétablir l’ordre dans la ville de Toamasina qu’il administra pendant quinze ans. Aidé de son frère Fisa et de son neveu Coroller, Jean René étendit son autorité sur la côte Est et entretint des rapports sans nuages avec Radama 1er.

+S.J.

Les sillons du passé

Midi Madagasikara

 

Publié dans Les sillons du passé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article