Brise et mange - Edmond RANDRIAMANANJARA

Publié le par Alain GYRE

Brise et mange

 

      Dehors les chiens, les sorciers, les débauchés,

      Les meurtriers, et tous ceux qui aiment et pratiquent le mensonge.

                  Apoc. 22.15

     

      N’entre pas non plus dans une maison où l’on festoie.

                  Jer. 16.8

 

As-tu déjà entendu les morts éternuer sur le seuil des vivants ?

Pas encore ?

Ceux qui ont tourné le dos au soleil  de la terre et vendu les coquilles à ceux qui ne reviendront jamais plus, après avoir congelé leurs forces vives comme règles et bases ? Qui les connaît, qui a parlé  d’eux et qui a pu leur faire entendre sa voix jusqu’aux confins inconnus où vivent les âmes insomniaques.

 

As-tu déjà entendu éternuer les morts dans la chambre des nouveaux mariés ?

J’ai déjà senti l’odeur de la mort lors d’un festin

L’esprit des vivants est mort !

Volonté : le nouveau-né est mort !

Est mort celui que le premier amour a engendré !

Est mort celui qui a bougé dans les entrailles du désir le jour des épousailles !

 

Voyez, face au buffet croulant de boissons et de victuailles succulentes et parfumées, les invités prennent place. Ils en portent à leur bouche, et mangent en croyant que c’est effectivement un jour de gaieté.

 

J’ai déjà senti une odeur de mort au cours d’un festin.

Pendant cette nuit : en ce plein midi !

Dans la nuit où une festivité est organisée :

La lumière de ceux qui se marient est vive, aveuglante ;

Les yeux des invités s’écarquillent de même et  sourcillent comme s’ils ont accroché des visions au mur où gesticule leur âme, ombre noire et immense émanant d’eux-mêmes…

 

Qui a déjà humé l’odeur d’une mèche de bougie qui s’enfume ?

 

1959

Poèmes de braise, p. 92-93

 

Vakio ka hano

 

      Any ivelany ny alika sy ny mpanao ody ratsy sy ny mpijangajanga sy ny mpamono olona ary  izay rehetra tia lainga.

                  Apok. 22.15

      Ary aza miditra ao amin’ny trano misy fanasana koa ianao.

                  Jer. 16.8

 

Efa nandre ny maty nievina teo an-tokonam-baravaran’ny velona va ianao ?

Tsiambolana ?

Dia ireo niamboho ny masoandron’ny tany ary nivarotra ny akorany tamin’ny tsy mifody, rehefa avy nampivaingana ny matoan-keriny ho fenitra sy fanorenana ? Iza no mahatsiaro azy ? Iza no « mahalala »

azy ka « niteny » ny aminy ary nahaloaka ny « feony » ho ren’izy ireny

any amin’ny elanelana tsy fantatra onenan’ny fanahiny tsy mipy ?

 

Efa nandre ny maty nievina tao amin’ny efitranon’ny mpampakatra sy ampakarina va ianao ?

Izaho kosa efa nandre fofom-paty tao amin’ny fanasana :

Maty ny eritreritry ny velona !

Finiavana : maty ilay atodiorokoroka !

Maty ilay nateraky ny voaloham-pitiavana !

Maty ilay nihetsika tao am-bohoky ny fikasana, fe andron’ny fifamofoana !

 

Indreo, manatrika lampy feno fisotro sy fihinana matsiro sady manentohento

ireo nasaina           ka maka toerana. Mampakatra ho ao am-bavany izy, dia homana ka mino izany fotoana izany ho andro firavoravoana.

 

Izaho mandre fofom-paty ao amin’ny fanasana.

Amin’izao alina izao : amin’izao mitataovovonana izao !

Ao amin’ny alina misy fanasana :

Manao rehi-be ny jiron’ny mpampakatra, mahajambena ;

Mihiratra mafy manahaka izany koa ny mason’ireo nasaina sady mitsipelatra toy ny mahatsinjo fahitana eny amin’ny rindrina ihetsiketsehan’ny fanahiny,

aloka mainty sy makadiry avy amin’ny tenany…

 

Iza no efa manambolo ny fofon’ny lahin-jiro manetona ?

 

1959

Vainafo tonorikira, p. 92-93

 

Edmond RANDRIAMANANJARA

(RANDJA ZANAMIHOATRA)

Six Poètes Malgaches

Textes malgaches choisis et traduits par

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

 

Commenter cet article