Déforestation massive: Recherche de réponses assurées face au phénomène

Publié le par Alain GYRE

Déforestation massive: Recherche de réponses assurées face au phénomène          

Lundi, 21 Juillet 2014

La Région Sofia parmi les plus importants foyers des feux de brousse à Madagascar. Des milliers d’hectares de forêts partent en fumée sur le territoire régional suivant un taux annuel de déforestation de l’ordre de 1%, estiment les environnementalistes. La Région encourt donc de sérieux risques d’explosion socio-économiques liés pou provoqués par le phénomène de déforestation massive qui y sévit depuis plusieurs années. Aujourd’hui, le Sofia accuse une couverture forestière de l’ordre seulement de 14%. Ce qui fait tout simplement dire que si aucune mesure pour freiner ce phénomène ne sera prise dès qu’il est encore temps, la Région pourrait bien voir les forêts qui lui restent à l’heure actuelle anéanties par notamment les feux de brousse. Dans les vingt, voire les dix prochaines années…

 

Les populations locales sont-elles conscientes des lourdes menaces qui pèsent sur avenir ? Réponse par l’affirmative, du moins pour celles de Mampikony plus précisément, les habitants de la commune rurale de Bekoratsaka, à moins de vingt kilomètres du chef-lieu de ce district. Là où un projet environnemental axé autour du thème du reboisement est en pleine phase de concrétisation, depuis quelques mois. Le maire Youssouf d’assurer, à ce propos : « La commune et ses habitants soutiennent l’implantation de ce projet initié par la Fondation EcoFormation, et sont d’ailleurs prêts pour de nouvelles collaborations ou expériences semblables avec d’autres partenaires étrangers ». Dans le même ordre d’idées, le président de la coopérative Avotrala, organisation paysanne en étroite collaboration avec cette fondation de droit suisse pour la réalisation du projet en question, de mettre en avant le fameux principe du partenariat gagnant/gagnant entre les diverses parties prenantes…

 

Pour en revenir aux statistiques plus qu’alarmantes sur la question environnementale à travers cette même Région du pays, les phénomènes des feux de brousse et de la déforestation massive sont en grande partie à l’origine de la perte de la couverture forestière estimée à 84% depuis le début des années 50, dans le Sofia. Autres statistiques délivrées par le chef de Région Manambinareste, seuls 35% de la superficie régionale (environ 51 000 km_) sont cultivés et/ou cultivables actuellement. Une baisse conséquente de terres arables également due, en partie, aux deux phénomènes précités. « Beaucoup reste à faire pour la maîtrise de la situation qui prévaut en ce moment au niveau de la Région », reconnaît-il tout en incitant les populations locales à prendre part activement aux projets environnementaux similaires, actuels et à venir, conduits sur l’ensemble du territoire régional…

 

Parmi les actions qui méritent alors d’être concrétisées dans cette optique de préservation de l’environnement, le reboisement massif et soutenu par les communautés locales de base. Reboisement qui est et sera à même d’atténuer les maux sociaux qui sévissent de nos jours, à travers pratiquement toute la Région. En plus concret, reboisement qui permettrait aux membres de ces communautés de base d’accéder à de nouvelles sources de revenu plus stables, plus pérennes. Genre reboiser les anciennes forêts primaires avec des espèces à croissance lente (le palissandre entre autres bois précieux dont la Région regorgeait autrefois), et celles à croissance rapide (bois d’œuvre). Ou encore l’agroforesterie (reboisement avec des arbres fruits) qui peut procurer des valeurs ajoutées assez considérables dans ce sens qu’elle accroît de façon plus rapide la sécurité alimentaires des acteurs, à travers la possibilité de diversification des revenus entre les mains de ces derniers…

 

Sur les traces d’EcoFormation

 

Dernier évènement en date organisé par la Fondation EcoFormation au niveau de son site d’implantation, l’inauguration du nouveau Centre de formation en foresterie et agroforesterie de la commune de Bekoratsaka (district de Mampikony). Un centre appelé à renforcer les capacités locales en matière de protection environnementale. Explications d’Andriamparany Rakotomavo, directeur de la société Savaivo partenaire stratégique de la Fondation dans le cadre de son projet de reboisement conduit dans ladite municipalité : « Le Centre sert, en fait, à former les gens, diplômés ou pas, de manière à ce qu’ils puissent parviennent à subvenir à leurs propres besoins en faisant du reboisement et ses dérivés en termes de retombées socioéconomiques, une véritable occupation ». En termes plus clairs, se professionnaliser tant que faire se peut dans ce domaine-ci.

 

Par ailleurs, selon Andriamparany Rakotomavo toujours, EcoFormation à travers la mise en place de ce même centre de formation veut contribuer au processus de création d’emploi à travers cette municipalité et ses voisinages.

 

« Depuis 2011, année de démarrage plutôt difficile des activités de la Fondation (Ndlr, pour cause entre autres de conflits fonciers avec certains opposant au projet), celle-ci est en mesure de créer entre 250 à 300 emplois par an, à travers le district ». Sinon, il faut faire remarquer que la Fondation, dans le cadre de son projet de reboisement à Bekoratsaka, entend faire du reboisement sur une superficie de 6 000 Ha et suivant une rythme de 1 200 Ha reboisés chaque année. Quant à l’agroforesterie, autre composante de ce même projet, EcoFormation se fixe l’objectif de couvrir une superficie de 1 200 Ha, dans les trois prochaines années…

 

A.D.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article