Développement rizicole avec Papriz: Le rendement moyen a plus que doublé

Publié le par Alain GYRE

Développement rizicole avec Papriz: Le rendement moyen a plus que doublé       

Vendredi, 21 Juin 2013

 

En 4 ans seulement depuis la mise en place du projet Papriz, la production des Hautes terres de la Grande Ile a augmenté. Elle concerne surtout les régions Vakinankaratra, Alaotra, Analamanga, Bongolava et Itasy.

 

En fait, le projet est en place afin d’améliorer la productivité rizicole dont  l’augmentation du rendement. Pour ce faire, les activités de Papriz permettent de développer les  techniques culturales, d’améliorer le secteur semencier c'est-à-dire de renforcer les capacités des producteurs et des inspecteurs. Cette étape participe également à l’amélioration de la qualité des semences. Ainsi,  Papriz permet de promouvoir les petits matériels agricoles à savoir la vanneuse, la batteuse, la sarcleuse, la sarcleuse pluviale et le semoir de riz pluvial. Par ailleurs, le projet renforce la collaboration entre les sous-secteur riz, c'est-à-dire entre les paysans ainsi que les secteurs privés et les bailleurs.

 

Suite à la mise en place de cette nouvelle technique de culture de riz, la production du riz s’améliore. Autrement dit, le rendement moyen a plus que doublé dans les 5 régions des Hautes terres centrales où Papriz est actif. A cet effet, le bénéfice net d’une culture dépasse au moyen 2 millions d’Ariary/ ha. Ce qui signifie que le projet Papriz est performant, efficace, pertinent et pérenne. Aussi, la production en moyenne a augmenté de 0,69tonnes/ha, a affirmé Philibert Rakotoson, secrétaire général du ministère de l’Agriculture hier lors d’une réunion d’évaluation effectuée par le comité de coordination conjoint du projet Papriz à l’hôtel Panorama. Lors de son allocution, cette responsable a ajouté que les paysans ont bénéficié d’une augmentation de rendement. Leur vie ainsi s’améliore à une vitesse supérieure. Raison pour laquelle, le secrétaire général du ministère a confié que le projet Papriz doit être vulgarisé même en dehors des Hautes terres car les techniques utilisées et le processus de développement sont prouvés efficaces pour l’augmentation et l’amélioration de la productivité rizicole.

 

Rappelons que depuis 2009,  plus de 20 000 paysans ont acquis et pratiquent la culture du riz Papriz.

 

R.V.

La Gazette

 

 

 

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article