Filière crabes : Suspension temporaire de toute activité

Publié le par Alain GYRE

Filière crabes : Suspension temporaire de toute activité      

 

Mercredi, 20 Août 2014

  

Les crabes sont surexploités et pour y remédier, le gouvernement a décidé une mesure exceptionnelle.

 

 Il s’agit de suspendre du 1er septembre au 31 octobre 2014 l’exploitation de crabes notamment la pêche, la collecte, la vente, l’achat, le transport, le colportage, la mise en conservation et l’exportation de toute forme (crabes vivants, en semi-conserve, congelés, en entier, en morceaux, en miettes, en chair, en sucettes et autres). Les opérateurs de la filière doivent ainsi ramener leurs stocks à zéro d’ici là, soit dans une dizaine de jours. La mesure sera appliquée sur tout le territoire du pays. C’est une suite de l’atelier sur la filière crabes organisé à Mahajanga les 24 et 25 juillet derniers. Cette rencontre a permis de constater que les captures actuelles sont largement supérieures au potentiel maximum estimé à 7 500 tonnes par an. En l’espace de quelques années en effet, les crabes « Scylla serrata » sont surexploités d’après les données disponibles au niveau du ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche et plus particulièrement auprès de l’Autorité sanitaire halieutique (ASH). Ainsi, les exportations de crabes congelés à fin juin 2014 ont dépassé les 623 tonnes pour plus de 1 400 tonnes pour les crabes vivants. Ces derniers, très appréciés par les Chinois, coûtent plus chers que les crabes présentés sous d’autres formes.

 

En 2011 pourtant, les exportations de crabes vivants étaient seulement d’un peu plus de 13 tonnes, contre 28 tonnes en 2012 et plus de 880 tonnes en 2013. Et comme indiqué plus haut, elles ont atteint 1 420 tonnes rien que pour le 1er semestre 2014. Sur cette période donc, les cargaisons de  crabes vivants exportés ont totalisé près de 70% du total. Pour les crabes congelés et semi-congelés exportés, ils ont été de 1 262 tonnes en 2011, pour se situer 1 070 tonnes en 2012, contre 1 085 tonnes en 2013 et 624 tonnes au 1er trimestre 2014. Cette évolution en hausse des exportations est une sonnette d’alarme et a poussé les autorités à prendre la mesure évoquée plus haut. Celle-ci devrait aider à préserver le stock, réduire les pressions et efforts de pêche mais surtout pérenniser les activités générées par la filière. Au ministère, l’on explique que s’il faut laisser la situation évoluer telle quelle, le pays rejoindra d’ici quelques années la liste de ceux qui ne disposent plus de crabes. La suspension temporaire est adoptée comme mesure de précaution et devrait préparer à la mise en place de la même mesure prise pour d’autres espèces. Il s’agit de la fermeture annuelle de la pêche. L’atelier de Mahajanga a recommandé une ou deux périodes de fermeture annuelle, l’augmentation minimale de la taille à la capture, la réforme de l’octroi de permis de collecte assortie d’un cahier des charges, l’assainissement des permis de collecte. Il y a aussi la nécessité de mettre en place un groupement professionnel  des exploitants de crabes, la mise à jour des textes réglementaires, la préservation des mangroves où vivent les crabes…  

 

Recueillis par Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article