Francophonie – Clément Duhaime encourage la lecture

Publié le par Alain GYRE

Francophonie – Clément Duhaime encourage la lecture

Un aparté complice entre l’administrateur de l’OIF, Clément Duhaime, et la ministre de la Culture, Voanalaroy Randrianarisoa, hier au Cemdlac Analakely

 

28.08.2014

 

Hier, l’administrateur de l’OIF, Clément Duhaime, a visité le Cemdlac Analakely pour mieux constater les réalités. Revue des troupes.

 francophonie.jpg

De la reconnaissance. « Nous devons tout à la Francophonie », déclare Victoire Ramilison, illuminée comme une nonne devant le Pape. C’est ainsi que la boss du Centre national de développement de la lecture et de l’animation culturelle (Cemdlac) s’adresse à Clément Duhaime, administrateur de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le Cemdlac doit effectivement beaucoup à cette orgabisation. Sinona, aucun des Centres de lecture et d’animation culturelle (Clac) qui essaiment une vingtaine de communes n’aurait jamais vu le jour. La satisfaction se lit dans le regard approbateur de l’administrateur.

Hier, une cérémonie sobre a été l’occasion pour Clément Duhaime de constater la situation du centre d’Analakely et de répondre aux questions des journalistes. Il a salué les efforts imprimés par les Clacs pour apporter les livres dans les zones reculées, jusqu’à avancer que « c’est le seul lieu où la culture peut s’exprimer ». Dès lors, il a promis le renouvellement des équipements informatiques des 22 Clacs à travers le pays, sous les vibrants applaudissements des employées du centre d’Analakely, faisant penser à de véritables groupies.

Assurance

Ambiance joyeuse en somme. Vers la fin, la ministre de l’Artisanat, de la culture et du patrimoine,  Voanalaroy Randrianarisoa s’est permis un trait d’esprit.

« Pas de mot de la fin, car c’est le début maintenant », a-t-elle lancé. Elle a bien raison car l’administrateur de l’OIF tamponne de mieux en mieux.

« Plus un pays est présent dans les communautés, plus il peut se faire connaître », a-t-il répliqué.

Madagascar a donc tout intérêt à rester dans la famille de la Francophonie. Sans pour autant oublier que la langue est aussi un bien culturel, pas seulement le français. Pour en revenir au Clacs, six autres nouveaux centres vont d’ici peu être crées. Les communes d’accueil ne sont pas encore définies mais l’OIF semble ferme dans cette décision. L’assurance de cet organisme international transparaît à travers les propos francophiles de Clément Duhaime.

Maminirina Rado

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article