Le chien et le rat

Publié le par Alain GYRE

124 LE CHIEN ET LE RAT (1)
(Betsileo)

 

 

Un jour, le chien et le rat se promenaient ensemble s'entretenant des douceurs de l'amitié.

Ils firent ensuite le serment de sang. La cérémonie terminée, le chien dit à son compagnon :

« Que faisons-nous ici, cadet (2)? Allons plutôt courir à l'aventure. »

« Allons, répondit le rat; mais n'oublie pas que tu es mon aîné, que je suis faible et que j'ai placé en toi toute ma confiance. »

Nos deux amis se mettaient en route, lorsqu'ils rencontrèrent un bœuf.

Le chien sauta dessus ; mais le rat qui avait peur, n'atteignit pas le dos de l'animal. Il n'arriva qu'aux joues du bœuf et s'y cramponna. Celui-ci essaya de l'atteindre à coups de pied; mais le rat qui était tout petit sauta ; et le bœuf s'enfuit.

Nos deux compères le poursuivirent.

Le bœuf qui était déjà essoufflé par la course, rencontra par hasard un trou dans lequel il tomba. Il se tua dans la chute.

Le rat et le chien se mirent à le manger tout à leur aise.

Lorsqu'ils furent repus, le rat conseilla de découper la viande en lanières et de la faire sécher(3).:

« Toi, dit-il au chien, découpe la viande, moi je vais monter sur un arbre et la suspendre pour que nos ennemis ne puissent pas l'atteindre. »

            « Très bien, dit le chien; merci de ton idée, cadet. »

Et il se mit à découper la viande que le rat suspendait ensuite. Il ne resta enfin en bas que les os du bœuf; toute la viande était à sécher.

Le soir, le chien qui regardait toujours la viande suspendue et ne pouvait l'atteindre pour satisfaire sa faim, appela ses enfants :

« Mangez le rat quand vous le rencontrerez par terre, dit-il ; cherchez-le dans son trou, fouillez dans les herbes pour le trouver. Je vous renierai si vous n'obéissez 'pas à mes ordres.
Le rat m'a cruellement trompé. »

Le chien mourut après avoir prononcé ces paroles. Telle est la raison pour laquelle les chiens font la chasse aux rats et les mangent.



1. Le texte de ce conte a été recueilli à Fianarantsoa, capitale de la province des Betsileo.
2. Les mots \andry, cadet et \oky, aine, s'emploient couramment avec le préfixe Ra, comme noms propres. Raçoky, Ra\andry signifient : monsieur l'ainé, monsieur le cadet. On trouve même l'expression Ra\andriko, monsieur mon cadet.

3. La viande coupée en lanières, séchée et boucanée au feu ou au soleil s'appelle en malgache, Kitoza. C'est un des principaux éléments de la cuisine indigène.

 

 

Contes populaires malgaches

Recueillis, traduits et annotés par

Gabriel FERRAND

Editeur : E. Leroux (Paris) 1893

 

Commenter cet article

Misa 17/05/2016 08:47

tsara be ty site-nareo ity izany a!

Alain GYRE 17/05/2016 08:54

Merci, si vous connaissez d'autres contes, d'autres légendes je pourrai en faire profiter tous les lecteurs, veloma, Alain GYRE mon adresse mail: cgyre@yahoo.fr