Conte: Le Tentena de Dieu

Publié le par Alain GYRE

29 Le Tentena de Dieu ou

La Vengeance des Petits

         Il était une fois deux « tentena » (1), l’un mâle et l’autre femelle, qui se lièrent d’amitié avec un sanglier. Ils avaient construit un nid où madame « tentana » déposa deux œufs. La pluie se mit à tomber et le sanglier demanda asile pour s’abriter. « Notre maison est trop petite pour te recevoir », s’excusèrent les oiseaux.

-         Permettez seulement que j’abrite mon œil, insista le sanglier.

-         Impossible, répliqua encore le « cisticola », à moins de détruire et le nid et nos œufs.

Alors, le sanglier en colère fit : « Groum ! » ; il détruisit le nid, brisa les œufs et il s’en alla, heureux d’être vengé de l’affront.

Les tentena ne dirent rien. Que pouvaient-ils faire ? « Atody tsy miady amim-bato » (2). La sagesse voulaient qu’ils se taisent.

Je crains les petits dans leur silence et leur méditation. Les deux oiseaux s’en allèrent au loin, bien loin de leur domicile. En cours de route, ils trouvèrent du riz qui jaunissait dans la plaine. On leur avait dit que les sangliers étaient friands de paddy (3). Ils ramassèrent quelques épis dorés et ils rebroussèrent chemin. Ils donnèrent leur trouvaille au sanglier. Celui-ci demanda où il pourrait s’en procurer. Les oiseaux le guidèrent volontiers vers la rizière.

Mais, aussitôt arrivé, il fut pris au lacet (4) tendu par le maître du champ.

-         Aidez-moi à sortir d’ici, demanda-t-il à ces guides.

-         Souviens-toi de notre nid que tu as détruit ; de nos œufs que tu as brisés, lui répondirent les deux oiseaux. Ta force nous a contraints au silence et la gourmandise te conduit au trépas. Adieu !

Que blâme la légende ? La gourmandise, certes. Je vois aussi autres choses.

« Puissants de ce monde, faites tonner vos canons, brisez ma maison ; enlevez mes cent mille hectares de pâturage ; monopolisez les ventes des porcs de ma nation ; violez nos lois ; mangez tour à votre aise…Je me cache, car j’ai peur…Mais, attention, je médite dans mon silence. Je suis aussi le tentena de Dieu ! ».

(1)    Tentena : Petit oiseau de l’espèce des fauvettes « cesticola madagascariensis ».

(2)    Atody tsy mady amim-bato : « Les œufs n’engagent jamais la bataille contre les roches » Proverbe très connu à Madagascar pour déconseiller certaines ambitions. Ce qui est curieux ici, c’est qu’on fait allusions aux faiblesses physiques sans considérer la force ou la grandeur de la volonté.

(3)    Paddy : Riz non décortiqué.

(4)    Lacet ! Nœud coulant pour prendre le gibier.

Contes et légendes de Madagascar

RABEARISON

Administrateur Civil

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article