Littérature: "Au delà des rizières" ou le passé recomposé

Publié le par Alain GYRE

Littérature : «Au delà des rizières» ou le passé recomposé

1-roman.jpg

 

Ce roman de Naivoharisoa Patrick Ramamonjisoa se veut une rétrospection sur des passages de notre histoire

«Au delà des rizières», un roman qui veut nous faire découvrir l'histoire du début du XIXe siècle. Un imaginaire reconstruit parfois réinventé.

Au-delà des rizières, le premier roman de Naivoharisoa Patrick Ramamonjisoa est sorti aux éditions Sepia, Paris en mars 2012. L'auteur, de passage à Antananarivo, a présenté son ouvrage le vendredi 28 décembre dernier lors d'une rencontre littéraire organisée par la Fondation Charlotte Rafenomanjato à l'Hôtel-restaurant Sakamanga Ampasa­madinika autour du thème « La tradition comme ferment de la (re)construction romanesque ».
L'ouvrage prend l'allure d'un roman historique mais l'auteur s'en défend. « C'est une fiction basée sur l'histoire culturelle » car il affirme « plus intéressé par l'idée de faire revivre le passé » que toute autre chose. À travers les deux personnages principaux, Fara condamnée par les devins avant même sa naissance, Tsito, l'enfant Tanala esclave de Fara, l'auteur essaie d'exprimer ce que les gens du passé ont ressenti, mais surtout ont recherché.
Travail de domumentation
« À travers le personnage de Fara, j'ai cherché à connaître le rêve d'une jeune fille du XIXe siècle, l'éducation traditionnelle,... J'ai essayé de reconstruire l'imaginaire, le rêve des gens du passé. Ce que je n'arrive pas à reconstruire, je le réinvente. C'est ce que la littérature permet » confie l'auteur.
Au-delà des rizières est un livre de 350 pages, fruit d'un dur labeur de six ans. Mais c'est aussi un long travail de documentation sur l'histoire de Madagascar. L'auteur a choisi le début du XIXe siècle qu'il qualifie de « charnière » car c'est l'époque qui a vu la transformation et le renforcement des soubassements de notre société culturelle (christianisme, clivage ville/campagne, idée de progrès,...).
« Les informations sur notre histoire sont éparpillées, le roman veut être un livre qui donne accès à ces éléments de l'histoire tout en divertissant. C'est un livre destiné surtout aux jeunes » ajoute l'auteur.
Ecrit dans un français fluide, le roman révèle la relation de l'auteur avec la langue française. Au fil de la lecture, le français est approprié comme un outil « donné par l'histoire ». Et puis, la langue française se trouve tantôt « malmenée » tantôt « nourrie d'images poétiques empruntées aux proverbes ». Grand amoureux des hainteny, l'auteur a transposé leur structure dialogique dans la construction même de son roman. Mais il affirme aussi s'inspirer du style d'E.D. Andriamalala dans son roman Hetraketraka.

L’écrivain
Naivoharisoa Patrick Ramamonjisoa alias Naivo, est l'auteur de Dahalo, une nouvelle primée lors d'un concours RFI/ACCT en 1996. Cet enseignant, journaliste et copy editor a remporté le prix du meilleur mémoire de masters (Master of arts) sur le hainteny de l'Université de York en 2005. Il a aussi publié des articles sur le même sujet et sur la traductologie dans des journaux spécialisés canadiens.

Domoina Ratsara

Vendredi 04 janvier 2013

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article