Miandrivazo, victime d'invasion de criquets

Publié le par Alain GYRE

Miandrivazo: Victime d’invasion de criquets

Mardi, 03 Juillet 2012

Les invasions du criquet migrateur, Locusta migratoria capito Saussure, ravagent une partie de la Grande Ile depuis le début de l’année. Actuellement, Miandrivazo et ses environs sont menacés par la présence d’un nombre croissant d’essaims de criquets. De plus, l’invasion s’intensifie, a affirmé le responsable local. A cet effet, leurs agricultures sont très menacées. Face à l’invasion des criquets, les responsables de la commune d’Ambatolahy et de Miandrivazo interpellent les autorités.

En fait, la prolifération des criquets est passée inaperçue pendant les précédentes saisons des pluies, les capacités du Centre national antiacridien (Cna), organisme public, selon un document publié par la FAO, et intitulé Aide d'urgence à la lutte antiacridienne à Madagascar. D’autant plus, que le climat actuel est propice à la reproduction, avec les pluies et dès que la température commence à grimper, les insectes se reproduisent rapidement. A mesure que la densité de population augmente, les insectes connaissent des changements comportementaux et physiques : de solitaires, ils deviennent grégaires, et forment des essaims qui dévastent les cultures. A titre d’information, chaque million de criquets consomment une tonne de vivres.

Les essaims de criquets qui ne se sont pas encore développés vont se développer et commencer à se reproduire au début de la prochaine saison des pluies, et des concentrations de jeunes criquets aptères (bandes larvaires) se développeront entre octobre et décembre. Ces bandes attaqueront principalement les régions est de la zone d’infestation, qui recevront les premières précipitations.

Les pesticides conventionnels protègeront les cultures menacées, les régulateurs de croissance des insectes contrôleront les bandes larvaires (criquets aptères), et des pesticides biologiques seront appliqués dans les zones écologiquement sensibles, notamment les « réserves naturelles, les parcs nationaux et les régions peuplées », selon le document publié par la Fao.

R.V.

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article