Origines de la vie et de la mort chez les animaux et chez l'homme.

Publié le par Alain GYRE

242 Origines de la vie et de la mort chez les animaux et chez l’homme.
Conte Betsimisaraka
Recueilli à Ampanalana
(province de Tamatave)

 

Autrefois, dit-on, le Ciel et la Terre existaient seuls.

Longtemps après, le Ciel eut un enfant, Razanajanahary.

La Terre de son côté, songea à former un être pour devenir son compagnon.

Malheureusement elle ne savait pas donner la vie.

Ses premiers essais furent maladroits.

Elle modela d'abord un serpent, et c'était une image grossière, sans pattes.

Ensuite elle fit l'oiseau, puis se dit :

« Celui-ci a des pattes pour se tenir, mais ses mains (elle voulait parler des ailes)
sont bien incommodes; elles ne peuvent saisir aucun objet.

Et puis sa bouche est trop pointue.

Alors Ratany fit le bœuf, et, quand il fut achevé, elle le considéra avec attention.

Elle regretta de lui avoir donné des cornes, qui ne devaient servir à rien, et d'avoir modelé ses pieds trop grossièrement.

Elle modela donc le chien, dont elle fut plus satisfaite; pourtant les pattes de devant
ne lui convenaient pas encore.

Cherchant mieux elle créa le maky (1), puis, perfectionnant celui-ci, elle fit l'homme.

De cette œuvre elle se montra fort joyeuse, car elle la trouvait plus belle et plus parfaite que toutes les autres.

Elle s'occupa ensuite de placer ses images.

Elle mit le serpent sur le sol, et son ventre traînait par terre, elle percha l'oiseau sur un morceau de bois que le fils du Zanahary avait accidentellement laissé tomber du ciel; elle dressa le bœuf et le chien sur leurs quatre pattes, elle accrocha le maky au bâton sur lequel était posé l'oiseau, et c'est pourquoi, dit-on, les maky grimpent toujours sur les arbres; enfin elle mit l'homme debout sur ses pieds.

Alors, Ratany, satisfaite de ses œuvres ainsi que de leur arrangement, se proposa de leur donner la vie.

Mais elle s'y efforça vainement et dut aller trouver le Ciel pour lui demander son aide.

Mais le trajet était long Ratany peina fort pour l'accomplir.

A mesure qu'elle approchait de la demeure de Ralanitra, la chaleur devenait de plus en plus forte, et une sueur abondante ruisselait sur les membres de Ratany.

C'est l'origine de tous les cours d'eau, et de l'immense étendue de l'eau salée car la sueur contient du sel.

Le Ciel, quand il vit la Terre monter vers lui, envoya à sa rencontre Razanajanahary,
pour lui demander le but de sa. visite.

Elle le lui dit, et il retourna l'annoncer à son maître.

Enfin Ratany arriva devant Ralanitra, elle était si épuisée de fatigue qu'elle ne pouvait parler, et les mouvements de sa respiration étaient si forts qu'elle en tremblait.

C'est l'origine des tremblements de terre, et c'est à ce moment aussi que la terre
commença à s'agiter.

Quand il vit que Ratany était un peu reposée, Ralanitra lui dit :

« Ratany, que veux-tu que je fasse ? Je suis prêt à te rendre service ? J'ai façonné des images auxquelles j'avais l'intention de donner la vie, mais je n'ai pu réussir. C'est pourquoi je viens te prier de m'aider. »

« Voici donc ce que j'ai à te dire tu as fini les corps, mais tu pas l'habileté et la science nécessaires pour les rendre vivants.

Si tu m'aides dans un travail si difficile, je t'aiderai à mon tour dans les circonstances
tu pourras en avoir besoin. »

« Je n'accepte point ta proposition, car jamais, entends-tu, jamais je n'aurai besoin de toi. »

Ratany haletait encore.

Elle demeura un moment silencieuse, puis reprit :

« Alors, comment allons-nous faire ? »

« Tu es la maîtresse des corps, car c'est toi qui as modelé ces images; mais je serai,
moi, le maître de la vie, car nul autre que moi ne la donnera. »

« J'accepte.  Fais comme il te plaira. »

Alors, selon sa volonté, Ralanitra envoya sur la terre Razanajanahary pour porter
la vie aux images faites par Ratany.

Razanajanahary s'approcha d'abord du serpent et demanda son nom particulier.

Je l'appelle biby lava, dit Ratany, parce qu'il est allongé.

L'envoyé de Ralanitra plaça la vie dans son corps, et l'animal long se mit à se traîner ça et là.

Lorsqu'il arriva près de l'oiseau, Razanajanahary fut surpris de retrouver le bâton qu'il avait un jour laissé tomber du ciel et demanda ce que c'était.

C'est tombé jadis, dit Ratany, je l'ai trouvé et l'ai fait mien.

C'est pourquoi je le nomme azo (pris).

L'envoyé de Ralanitra rendit vivant l'oiseau qui battit des ailes, voleta, puis revint se
percher sur le bâton.

Depuis, les oiseaux vivent dans les bouquets d'arbres et dans les forêts, car Razanajanahary mit aussi la vie dans le bâton.

Celui-ci se mit à pousser, se couvrit de feuilles et par ses rejetons devint l'origine de toutes les forêts.

L'oiseau reçut le nom de voaroana (placé) parce qu'on l'avait placé sur un bâton.

Mais voaroana finit par se prononcer plus brièvement vorona.

C'était au tour du bœuf.

Avant de l'animer Razanajanahary demanda son nom qui était « Mânn ».

 Aujourd'hui encore les bœufs font « Mann », en souvenir du nom donné par Ratany au premier d'entre eux.

Chaque fois qu'un bœuf mugit, il se souvient de son origine.

Ensuite, l'envoyé de Ralanitra donna la vie au chien que Ratany appelait Ali.

Tant que Razanajanahary demeura sur la terre, le chien le suivit pas à pas partout il allait.

Mais avant de partir Razanajanahary lui ordonna de rester avec l'homme.

C'est pourquoi le chien ne quitte jamais l'homme.

Plus tard le chien fut comme l'aide de camp de l'homme (ali-deka) et on abrège ce mot en ali-ka ou alika.

Ratany et Razanajanahary se trouvèrent fort embarrassés pour nommer le maky, et la vie lui fut donnée, avant qu'il eut reçu aucun nom.

Il se mit alors à suivre l'envoyé de Ralanitra pour réclamer une appellation, et, comme il marchait lentement derrière lui « nijaiko nanaraka on l'appela jaiko qu'on prononce maintenant jako!

Quand Razanajanahary vit l'homme il fut stupéfait, car c'était le seul être fait à l'image du Zanahary.

En l'animant, il lui donna le nom de mpanjakan s'ny veloma, le roi des Vivants.

Mais lorsque les hommes se furent multipliés, on supprima le titre de mpanjaka, réservé à certains d'entre eux, et on les appela velona qui devint olona(2).

Après avoir animé et désigné par leurs noms les animaux et l'homme, Razanajanahary
remonta au ciel.

En partant il répandit sur la terre ce qui lui restait de vie.

C'est l'origine première de l'air et des vents.

Ratany s'en servit pour animer de nouveaux êtres qu'elle façonna en forme de femelles
et de femmes.

Ainsi se multiplièrent les serpents, les oiseaux, les bœufs, les chiens et les hommes.

Alors Ralanitra envoya de nouveau Razanajanahary sur la terre pour demander à Ratany sa part des êtres animés c'était l'homme qu'il réclamait.

Mais Ratany répondit au messager :

« Je n'ai pas engagé ma parole pour un partage de ce genre. J'ai travaillé et peiné toute seule pour faire ce que je possède. Maintenant j'en sais autant que Ralanitra et je suis capable d'animer les images que je façonne. Je suis aussi puissant que ton maître. »

Quand Razanajanahary lui eut rapporté ces paroles, Ralanitra s'irrita et déclara la guerre à Ratany.

La Terre après une longue lutte fut vaincue, et le Ciel, à partir de cette époque, reprit peu à peu aux animaux et aux hommes la vie qu'il leur avait donnée, laissant les corps à Ratany.

C'est l'origine de la mort.



 

 

(1)   Lémurien spécial à Madagascar.

(2)   Unepersonne,quelqu'un.

 

 

Contes de Madagascar

Charles RENEL (1866 – 1925)

Librairie Ernest LEROUX

PARIS

Publié dans Contes de Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article