Pêche de poulpe : Production multipliée par dix à Ambavarano, région Diana

Publié le par Alain GYRE

Pêche de poulpe : Production multipliée par dix à Ambavarano, région Diana

Soumis par admin le mer, 13/03/2013

 1-poulpe.jpg

L’ouverture de la saison de pêche de poulpe s’est déroulée hier, pour les trois zones de pêche d’Ambavarano, Commune Mahavantana, dans la région Diana. En effet, les 100 pêcheurs, qui ont commencé la saison, ont réussi à obtenir 1,617 tonne de poulpes en une demi-journée, ce qui traduit une forte hausse de la production, d’après les témoignages. « Auparavant, nous ne réussissions à pêcher que trois à cinq kilos de poulpes par pêcheur en une journée. Aujourd’hui, je suis arrivé à en pêcher près de 40 kilos. Non seulement les poulpes sont devenues nombreuses, mais elles sont également plus grosses. Cela, grâce à la mise en place d’une bonne gestion de ces ressources, une gestion que nous avons développée avec l’aide de Conservation International », a indiqué l’un des pêcheurs qui ont ouvert la saison de pêche hier.

Problèmes de revenus. Notons que depuis 2011, l’ONG Conservation International a incité la communauté locale d’Ambavarano à protéger les ressources marines et à améliorer leur gestion. Chaque année, la pêche de poulpe est interdite pendant les périodes de pondaison. Cette fermeture dure trois mois. Les habitants locaux, avec l’aide de la Direction régionale de la pêche et Conservation International assurent ensemble la surveillance des sites. Cette pratique a amélioré considérablement le revenu des habitants d’Ambavarano. D’autres communautés ont d’ailleurs exprimé, hier même, leur souhait d’appliquer le projet dans leur village. En effet, le kilo de poulpe se vend aux collecteurs à 2 000 Ariary le kilo. Ces derniers revendent ensuite à des prix beaucoup plus élevés dans la ville d’Antsiranana, et dans d’autres villes, à l’exemple d’Antananarivo. Néanmoins, les pêcheurs d’Ambavarano ont encore du mal à gérer avec efficience leurs revenus, face à cette forte hausse. L’ONG Conservation International compte encore œuvrer pour l’amélioration de gestion de ces revenus, ainsi que pour l’incitation des habitants locaux à diversifier leurs activités.

Antsa R.

Midi Madagasikara

 

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article