Secteur eau : lié à l’énergie

Publié le par Alain GYRE

Secteur eau : lié à l’énergie       

Samedi, 22 Mars 2014

D'ici 20 ans, l'alimentation en eau potable à travers le monde ne sera pas encore assurée partout. De nombreuses zones agricoles souffriront encore d'une alimentation médiocre, source de maladies et nuisibles au développement.

 

Depuis 1993, l’assemblée générale des Nations unies a adopté le 22 décembre 1992 la résolution A/RES/47/193 qui déclara le 22 mars de chaque année «Journée mondiale de l'eau» (JME). Cette journée est dédiée à la conscientisation de la population sur la consommation en eau ainsi que sur le manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement. C’est aussi l’occasion de faire connaître que l’accès à l’eau potable est un droit fondamental à respecter.

 

En 2012, Madagascar s’est engagé devant la communauté internationale à augmenter le financement du secteur sur le fonds propre de l’Etat et à prioriser l’accès pour tous aux infrastructures d’eau potable et d’assainissement de base. Pour cette année 2014, la JME aura pour thème mondial «Eau et Energie». Les acteurs du secteur ont choisi comme slogan national, «Optimiser les énergies disponibles pour avoir accès à l’eau potable» ou «Mitaky angovo tsara tantana ny fahazoana rano fisotro madio». Une attention particulière sera accordée cette année à l’identification des meilleures sources d’énergie pour assurer l’approvisionnement en eau potable.

 

Il y a environs 175 sources thermales répertoriées à Madagascar. La distribution de sources chaudes, les sources de chaleur et la nature des réservoirs géothermiques sont contrôlées par les structures géologiques. Dans le cadre d’une croissance économique saine et du développement durable, l’indépendance énergétique complète de Madagascar est plus que jamais pressante. L'abondance des ressources d'énergies renouvelables sans émission de gaz à effet de serre comme la géothermie en différents secteurs de la Grande Ile, permet d'envisager un grand plan stratégique et économique pour la sécurisation de l’approvisionnement. Madagascar dispose d’énormes ressources d’énergie telles hydraulique, solaire, éolienne, biomasse, géothermique, charbon de terre. Toutefois la consommation énergétique de 0,315TEP/hab./an est parmi la plus faible du monde, étant donné que la moyenne mondiale est de 1,6TEP/hab./an. Le taux d’électrification à Madagascar est très faible car moins de 30% de la population en bénéficient dont 65% en milieu urbain et 6% en milieu rural. Le coût élevé de l’électricité est l’une des causes qui ne permet pas à de nombreux foyers d’en disposer. En effet, Madagascar est très dépendante en hydrocarbures au niveau de la production électrique, ce qui explique le coût exorbitant.

 

Pour en revenir à l’eau, c’est la vie, tout simplement. Il n’est en effet guère plus besoin de démontrer l’importance du rôle que joue l’eau dans le développement et la compétitivité de l’économie ainsi que dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Cette réalité met donc en évidence la nécessité de mener une politique rationnelle d’approvisionnement en eau potable et en assainissement et de gestion de ce secteur. Madagascar dispose d’un important potentiel de ressources aussi bien en eaux souterraines qu’en eaux de surface pérennes. Les ressources apparaissent très largement supérieures aux besoins, estimées à 355 milliards de m3 comme eaux de surface et 140 milliards de m3 comme eaux souterraines. Mais elles sont inégalement réparties sur le territoire et surtout, très insuffisamment exploitées. Le secteur de l’eau et de l’assainissement souffre actuellement non seulement de la modicité des ressources qui lui sont allouées, mais aussi des difficultés de mobilisation de celles-ci.

 

Madagascar dispose de la quantité et la qualité nécessaire pour s’auto suffire énergétiquement, que ce soient les cours d’eau pour l’énergie hydraulique, l’irradiation solaire pour l’énergie solaire, le vent pour l’énergie éolienne, ainsi que les surfaces exploitables pour les bioénergies.

 

NIR

La Gazette

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article