Conte:  Le roi malin et son futur gendre

Publié le par Alain GYRE

 

 Le roi malin et son futur gendre

 

Dans un royaume de la Grande Ile où il y avait encore des esclaves, vivait un roi qui se sentit déjà trop vieux. Il voulait avoir un gendre avant de mourir, car le trône devait revenir à sa fille unique qui avait l’âge de vingt saisons de pluie.

Le roi avait l’intention de donner la main de sa fille au jeune garçon du royaume, qui réussirait l’épreuve qu’il lui proposerait. tous les jeunes garçons se précipitèrent au palais pour s’inscrire, u moins pour voir le visage de la belle princesse, car elle avait  des cheveux très longs, noir comme le fond du puits, les seins comme mes pommes d’Eden qu’Adam n’osait pas toucher, les yeux comme la lumière du jour.

Le roi leur proposa de traverser à la nage une rivière pleine de crocodiles. Cnq seulement eurent le courage de traverser, mais trois d’entre eux furent avalés par les crocodiles et les deux autres firent demi-tour. Juste à ce moment-là, arriva un jeune garçon qui vivait dans la forêt, c’était un simple paysan. Il lança des morceaux de viande de sanglier dans la rivière.

Tous les crocodiles se battirent entre eux pour capturer la viande et le jeune garçon en profita pour traverser la rivière.il réussit ainsi la première épreuve.

Le roi lui demande de revenir le lendemain pour traire le lait de son taureau ( le Malgache n’ayant pas de troupeau come lui ne faisait pas la différence entre le taureau et la vache), et il ordonna donc au jeune garçon de se présenter à son palais au plus tard au premier chant du coq.

Le lendemain, le roi attendait avec sa fille et les nobles, mais le jeune home n’arriva qu’au lever du soleil. Le roi n’était pas content, il lui dit :

- Tu n’auras pas, la main de ma fille et on te coupera la tête, mais avant qu’on ne t’exécute, dis-moi la raison de ton retard.

Le jeune homme lui expliqua que son coq était en train de pondre un œuf…

- Alors, j’ai été obligé de le surveiller dit-il… Mais à la fin, continua-t-il, j’ai préparé seulement la place pour la poule, car ce n’est pas le coq qui a pondu, c’est pour cela que je suis en retard…

- Ha ! Ha !le roi éclata de rire.

- Tu es fou, jeune homme, jamais les animaux de sexe mâle ne pondent ni n’accouchent ! Ce ne sont que les femelles…

- Ah ! d’accord, majesté, dit le jeune homme. A part cela, j’ai fait exprès aussi de marcher lentement en venant vers le palais, tout à l’heure pour notre rendez-vous, car votre taureau est de sexe mâle, donc il n’a pas de lait.

Le roi était tombé dans son propre piège, il lui accorda la main de sa fille et, depuis ce jour-là, le jeune garçon devint le prince du royaume. Il v »cut heureux avec son épouse, ainsi que tous les gens du royaume.

 

Rakotomanga

 

Angano

Contes et histoires de Madagascar

Recueillis, traduits et adaptés par

Bernard et Monique CLAVERIE

Lettres de l’Océan Indien

L’Harmattan

 

 

 

 

 

Publié dans Contes, Angano

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article